Attentat : selon le rapport de l’IGPN, le service d’ordre était correctement dimensionné

Le service d’ordre était correctement dimensionné le soir de l’attentat de Nice, le 14 juillet, a déclaré mercredi 27 juillet la directrice de l’IGPN, Marie-France Moneger-Guyomarc'h lors de la présentation du rapport de son organisme. Les polémiques « sont le fruit d’une mauvaise compréhension et interprétation des informations », a-t-elle ajouté.

La publication du rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) suffira-t-elle à mettre un terme aux polémiques si déplacées ? Apparemment non.

Pour l’ancien maire de Nice Christian Estrosi , qui avait accusé par ailleurs Bernard Cazeneuve de « mensonge d’Etat » sur les effectifs policiers présents le soir du drame, le rapport de l’IGPN « ne saurait être suffisant », a-t-il réagi mercredi.

Protagoniste d’un pilonnage contre le gouvernement, il pourrait risquer un effet-boomerang si la conclusion de l’enquête judiciaire ne confirme pas ses accusations.

Dans cette attente, certains pourraient s’occuper de la rédaction d’un "manuel pour lutter contre les pensées simplistes ".

Et oui, à vouloir toujours tracer une ligne droite, on risque parfois de déborder sur les côtés.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message