Court-circuit chez le magnétiseur à Nice

A l’aide de ses dons de magnétiseur et à ce titre postulait voici 7 ans au Prix-Défi placé sous l’égide du laboratoire de Zététique situé à la Faculté des Sciences de Nice et dirigé par professeur de physique Henri Broch.

On pourra suivre les détails de cette étonnante aventure du Prix-Defi démarrée en 1987 sur le site du Laboratoire de zététique.

Ce fameux défi Broch-Majax-Theodor consistait à proposer à toute personne qui le désirerait de faire la démonstration d’un phénomène dit "paranormal" en le soumettant à un protocole de vérifications et de contrôles rigoureux établi par des scientifiques, selon des règles librement acceptées par les deux parties.

(Ce prix était offert à toute personne qui ferait la preuve d’un phénomène paranormal, quel qu’il soit, devant le physicien Henri BROCH, l’illusionniste Gérard MAJAX et le Docteur JacquesTHEODOR qui faisait le chèque sur ses propres deniers).

Dans le cas où ces expériences réalisées dans la bonne humeur et un grand esprit d’ouverture auraient révélé l’existence d’un phénomène que les sciences n’auraient pu expliquer, le gagnant de ce défi aurait donc empoché un chèque rondelet de 200,000 euros.

Après 264 candidatures, essentiellement des personnes généralement sincères dans leurs convictions de détenir des pouvoirs inexpliqués et quelques cas moins sincères…, le Prix restait en lice, aucune de ces revendication à des pouvoirs inexpliqués n’ayant pu résister à la méthode d’expérimentation zététique pendant 15 ans..

Jean-Claude Pinoteau, magnétiseur, enregistrait sa candidature au Laboratoire de Zététique de l’Université de Nice-Sophia Antipolis le 12 septembre 2001.

Alors qu’il n’y avait jamais eu le moindre test effectué avec lui ni même jamais eu le moindre accord écrit sur une procédure de test, accord obligatoire avant toute expérience, comme cela était précisé dans l’article 5 de la déclaration du Prix-Défi international de 200.000 euros - M. Jean-Claude PINOTEAU en revendiquait alors le montant et, à cet effet, assignait en justice en juillet 2003 les trois organisateurs.

M. Jean-Claude PINOTEAU clamait explicitement sur le réseau internet : "Il fallait un emmerdeur comme moi, à l’esprit acéré et universel, pour comprendre que le ’défi zététique’ était surtout un challenge juridique et non scientifique."

Ou encore, plus élégamment : "je les baise juridiquement".

Ce qui devait assombrir quelque peu l’esprit du Défi, pourtant bon enfant jusqu’à ce jour, était la découverte que notre mystificateur semblait être en fait simplement un procédurier qui, mauvais joueur, s’était même lancé sur l’internet dans une large campagne de propos insultants et calomnieux d’une mauvaise foi confondante et lançait une procédure judiciaire contre le Labo de zététique dans l’idée évidente de mettre la main sur les 200 000 euros.

Mais le magnétiseur "à l’esprit acéré et universel" ne disposait pas pour autant du don de prédiction.

Après avoir perdu en première instance, il faisait appel de la décision et mal lui en a prit : le Tribunal ne l’a pas suivi et l’a non seulement débouté de toutes ses demandes mais l’a en plus condamné lourdement à plus de 40.000 euros dans sa décision en Appel, soit le triple de la condamnation initiale.

Les organisateurs du Prix-Défi sont évidemment satisfait de cette décision tout en déplorant l’énergies et les sommes dilapidées stérilement durant les 5 années de procédure : des forces vives qui auraient pu être employées à des taches autrement plus passionnantes.

Vont-ils remettre la cagnotte en jeu afin de fêter cet événement ?

A suivre...

Marc B

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message