8es Rencontres Economiques Territoriales : penser le Sophia Antipolis de demain

Les 8es Rencontres Économiques Territoriales se déroulaient ce vendredi au Mouratoglou Tennis Academy de Biot. Le Maire d'Antibes-Juan-Les-Pins et Président de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis Jean Leonetti était présent, ainsi que Jean-Pierre Savarino, Président de la CCI Nice Côte d'Azur et Philippe Renaudi, Président de l'UPE 06.

Au programme de ces Rencontres, deux tables rondes animées par plusieurs intervenants. Les deux thématiques abordées étaient le futur de l’aménagement territorial de Sophia Antipolis, et l’intelligence artificielle. Voici quelques chiffres pour comprendre l’importance et le poids économique de la zone :

- Sophia recrute 1000 emplois par an
- 35% des entreprises ont plus de 50 salariés
- La superficie dédiée aux activités commerciales est passée de 23 000m2 en 2015 à 33 000m2 au premier trimestre 2018
- Un chiffre d’affaire de plus de 5 milliards d’euros.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sophia Antipolis a connu un développement très fort depuis quelques années. Si le site ne contient pratiquement aucun siège social de grandes entreprises, il attire de très nombreuses start-up. Notamment dans le domaine des nouvelles technologies. Aujourd’hui, le défi principal est de réorganiser le coeur de Sophia afin de lui donner une lisibilité territoriale. Bientôt, 70 000 personnes travailleront sur place, d’où l’importance de penser à de nouvelles infrastructures. La CCI réfléchit, par exemple, à la question de la mobilité. Sophia souffre d’un engorgement très fort à certaines heures, causé par les nombreux véhicules. Des solutions alternatives sont en discussion pour permettre une plus grande fluidité du traffic (Covoiturage, voiture autonome, transports en commun). Jean Leonetti est également revenu sur l’urbanisation souvent critiquée de Sophia en affirmant que 35 000m2 de projets avaient été gelés. Selon lui, l’espace est encore composé de 90% d’espaces verts.

Certaines pistes ont été évoquées afin d’améliorer le quotidien des salariés, comme la valorisation du télétravail, encore trop timide dans les entreprises. Jean leonetti a aussi évoqué l’idée de construire des habitations à l’intérieur de Sophia Antipolis, réduisant ainsi les trajets domicile-travail. Un appel est lancé pour une réflexion autour du temps de travail. Cette notion peut paraître désuète dans le secteur tertiaire qui mise tout sur l’efficacité. Or Sophia Antipolis est peuplé d’entreprises qui dispensent des services. Le débat est engagé.

La deuxième table ronde était consacrée à l’intelligence artificielle, qui touche presque tous les secteurs d’activités aujourd’hui. Les intervenants ont longuement parlé d’une certaine éthique des algorithmes, thème au cœur de l’actualité depuis quelques années. « Il ne faut jamais s’empêcher de faire des découvertes. Aux Hommes de choisir s’il faut les appliquer ou pas. Il faut toujours être dans l’intérêt humain », a déclaré Jean Leonetti.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message