Economie : c’est bien parti pour le quinquennat

Bercy va faire parvenir cette semaine à la Commission européenne son programme pluriannuel de stabilité. Les prévisions sont sensiblement différentes de celles présentées dans la loi de finances 2018.

Le ministre de l’Économie et celui des Comptes publics anticipent désormais un excédent budgétaire en 2022 et une dette publique alors réduite de près de 8 points par rapport au début du quinquennat.

• Déficit public

L’année 2017 s’est soldée sur un déficit meilleur que prévu, à 2,6%. Dans la loi de Finances pour 2018 présentée en septembre dernier, il était encore inscrit à 2,9%. Une croissance plus robuste qu’attendu explique en grande partie cette bonne surprise.

Du coup, Bercy anticipe désormais un déficit à 2,3% cette année (au lieu de 2,6% attendu). Puis table sur une réduction régulière jusqu’à la fin du quinquennat, grâce à des économies réalisées chaque année -dont on ne connaît pas encore le détail. 2022 se terminerait ainsi, selon Bercy, sur un excédent budgétaire (de 0,3%). Du jamais vu depuis... 1974 !

• Dette

Le programme de stabilité envoyé à Bruxelles prévoit une inversion de la courbe dès cette année. Elle passerait à 96,4% du PIB en 2018 (après 97% en 2017), avant de refluer de 7,8 points sur le quinquennat et d’atteindre 89,2% du PIB en 2022.

L’exécutif revoit donc à la hausse l’engagement présidentiel de baisser de 5 points le taux de dette publique sur l’ensemble du quinquennat.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message