Economie : s’appuyer sur la croissance pour renforcer la convergence entre les pays européens

2017 aura été une année record pour l'économie européenne. La croissance atteint sa plus forte progression depuis dix ans, avec un chiffre de +2,3% pour l'Union européenne ( 2,2% pour la zone euro).

Un niveau jamais atteint depuis dix ans et qui augure des performances du même ordre au cours des deux années à venir. Bruxelles table à cet égard sur une croissance de 2,1 % en 2018 et 1,9 % en 2019.

« Après cinq années d’une reprise modérée, la croissance européenne est entrée dans une phase d’accélération. Les bonnes nouvelles s’accumulent : le nombre d’emplois créés augmente, l’investissement se redresse et les finances publiques sont en voie d’assainissement », a déclaré récemment Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques.

Tandis que le taux de chômage se situe à son niveau le plus bas depuis 9 ans, à 7,3 % (8,7 % pour la zone euro). Le contexte apparaît donc propice au renforcement de la convergence et à la réforme de la zone euro. À plus forte raison, car l’endettement reste important et la progression des salaires trop faible.

Croissance, emploi et déficit dans le vert

S’agissant de l’emploi également, les derniers chiffres, publiés par l’institut de statistiques européen Eurostat le 9 janvier, montrent que les voyants sont au vert. Le taux de chômage au sein de l’UE s’élève à 7,3 %, soit le meilleur résultat depuis fin 2008. Et si le chômage grimpe à 8,7 % pour les seuls pays de la zone euro, il s’agit ici aussi d’un résultat remarquable, car il faut remonter à début 2009 pour trouver un chiffre inférieur.

Enfin, en ce qui concerne le déficit, si les chiffres officiels ne sont rendus publics qu’en avril prochain, Bruxelles prévoit d’ores et déjà des niveaux bas. En effet, alors que le niveau de déficit public s’élève à l’heure actuelle à environ 1,7 % du PIB pour l’ensemble de l’UE, la Commission envisage un niveau de 0,9 % d’ici 2019, soit largement en deçà du seuil fatidique des 3 % prévus par le Pacte de stabilité et de croissance.

Pour expliquer la bonne santé de l’économie européenne, après plusieurs années de crise suivies d’une reprise modeste, plusieurs facteurs sont à mettre en évidence.

Comme l’indique l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Europe a bénéficié, en 2017, de la bonne conjoncture mondiale qui a stimulé le commerce, de la reprise des investissements, ainsi que de la consommation intérieure.

Trois éléments de surcroît soutenus par des politiques budgétaires et monétaires précisément destinées à susciter la croissance.

source : Toute l’Europe/ OCDE

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message