Loi de Finances : la CCI s’insurge contre une nouvelle ponction

Après les 35% de baisse intervenus les années précédentes, la loi de Finance 2018 envisage une nouvelle ponction de 17% sur les ressources fiscales des CCI. On sait que l'impôt qui est juste est celui que payent les autres...pas besoin de faire un dessin pour l'expliquer ! Reste que la dépense de la fonction publique ( prise au périmètre le plus large) , dont on réclame unanimement une diminution sévère, au contraire est augmentée même en période de crise : 1 118Mds€ en 2011 et 1 257Mds€ en 2017, soit + 139Mds€. Il faut bien commencer quelque part, ils ont du penser au gouvernement avec la foi des novices qui pensent toujours de réussir , là où les autres ne l'ont pas fait. C'est sans compter sur les intérêts des uns et des autres. Chacun fait un travail irremplaçable et...dans l'intérêt général ( ça va sans dire). Taxer les autres c'est bien , mais "moi, non plus" ! Comment s'est dur de se mettre à diète !!!

Ce sera encore 3 M€ de moins pour la CCI Nice Côte d’Azur.

D’où la colère de Jean-Pierre Savarino, son président.

Que représente pour la CCI Nice Côte d’Azur, cette ponction supplémentaire ?
La taxe c’est 25% d’un budget qui est pour nous de 70 M€. Le reste, les 75%, c’est ce que nous produisons. Mais si on enlève les 3 millions venant de la taxe, cela nous obligera à réduire nos actions, à être moins positionné, à enlever des supports au niveau des filières, des syndicats, des fédérations. Sans oublier que nous avons de gros investissements en cours avec le campus de l’apprentissage à Nice, le village by CA à Sophia, l’ISN (International School of Nice), les ports…. Ces investissements nécessaires pour l’économie des Alpes-Maritimes ne peuvent se faire que si la CCI est en bonne santé".

Sa conclusion va de paire : "L’Etat nous demande d’un côté de faire le relais avec les entreprises, d’être dynamiques, présents sur le terrain et d’un autre côté il nous en enlève les moyens. Je ne comprends pas."

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message