Les perspectives du tourisme azuréen:la pleine relance en 2017 ?

2017, qui s’ouvre sur une situation stabilisée, pourra bénéficier de la poursuite des efforts engagés pour la reprise du tourisme ?

C’est une question à laquelle on ne peut répondre aujourd’hui sans se rappeler une date : le 14 juillet 2016. Pour la Côte d’Azur et notamment son tourisme, il y aura un avant et un après la tragique soirée de feu d’artifice marquée du plus terrible attentat que Nice ait connu.

Toutes les analyses d’activité touristique y font évidemment référence. Que ce soit le bilan 2016 du CRT Côte d’Azur France ou l’étude des perspectives 2017 que Deloitte In Extenso a présentée en mars , elles prennent en compte deux saisons : celle d’avant et celle d’après ce dramatique attentat.

L’année 2015 avait été pour la Côte d’Azur un exercice exceptionnel, rappelle ainsi Deloitte. « Le premier trimestre 2016 confirmait ces tendances et, jusqu’au mois de juin, les performances restaient de bonne tenue. »

Puis vient le terrible choc.

Mais ce qui ressort aussi du second semestre 2016, celui de l’après‐attentat, c’est la formidable résilience de la Côte d’Azur.

Une réaction rapide qui explique que le repli ait été moins prononcé sur la Côte d’Azur qu’à Paris, comme l’a remarqué Deloitte, rappelant que la période estivale reste un enjeu majeur pour des hôteliers azuréens qui réalisent 30% à 50% de leur chiffre d’affaires sur deux mois.

Les chiffres du CRT témoignent d’ailleurs de cette résistance : ils indiquent un net recul dans les semaines qui ont suivi (10% de perte de fréquentation immédiatement ressentie), puis une lente remontée et un retour vers la normale avec une reprise sensible dès fin octobre sous la poussée entre autres du tourisme d’affaires. Si au final, l’année se termine quand même sur un léger recul du flux touristique, la catastrophe économique a été évitée.

L’année 2017 , qui s’est ouverte ainsi sur une situation stabilisée, a pu bénéficier de la poursuite des efforts engagés pour la relance du tourisme.

Un ambitieux plan de relance de la destination et de sa nouvelle marque « ombrelle » : Côte d’Azur France. À hauteur de 2,4 millions d’euros, il suit les campagnes hashtags #CotedAzurFrance et #CotedAzurNow, et a commencé à déployer dès mars plus d’une centaine d’actions sur les marchés prioritaire

Le maintien de l’organisation de grands événements , tels le Carnaval de Nice et la Fête des Citrons, les 70 ans du Festival de Cannes, un Jazz à Juan exceptionnel, des expositions d’envergure (Bonnard au Cannet, l’école de Nice…) ont montré qu’il était toujours possible d’organiser de grands événements d’envergure sur la Côte d’Azur et d’assurer la sécurité. Un élément désormais essentiel.

Pour juillet‐août, il est difficile de s’exprimer. La Côte d’Azur, ce n’est pas
nouveau, reste tributaire de la conjoncture internationale.

Pour l’ensemble de l’année, les estimations laissent entrevoir une année correcte, la même qu’aurait été 2016 sans évidemment la catastrophe du 14 juillet.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message