Emmanuel Macron avec les acteurs économiques pour la relance du territoire

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron , Martine Pinville, secrétaire d'Etat au Commerce, et Matthias Fekl son collègue en charge du tourisme , ont rencontré hier matin au Palais préfectoral les élus et les professionnels impactés par l'attentat du 14 juillet et annoncé des mesures d'accompagnement pour le secteur commercial et touristique.

A ce jour, il est impossible de mesurer en terme de pourcentage la clientèle nationale et internationale qui désertera la Côte d’Azur et les retombées économiques.

Une première information est confortable : le volume du trafic aérien est stable depuis l’attentat.

Une série de mesures a été annoncée.

La première est qu’un numéro unique va être mis en place pour faciliter les informations et la constitution des dossiers.

Ensuite, les échéances fiscales et sociales pourront être soit lissées, soit reportées.

Concernant la trésorerie, en sollicitant Bpifrance des remboursements de prêts pourra être également reporté pour ceux qui en feront la demande.

Pour le volet tourisme , une campagne internationale de promotion de l’image de la Côte d’Azur sera lancée avec un opérateur en lien avec les acteurs locaux.

Enfin, les plagistes en ont profité pour relancer leur opposition au "décret plage" de nouveau sur la table

La secrétaire d’Etat Pinel s’est dite prête à "travailler" sur ce sujet et à voir comment, "dans le respect de la loi", on pouvait "répondre aux attentes".

En fait, ce point n’a rien à voir avec l’attentat, mais toute occasion est bonne pour en tirer profit. Figurez-vous si les plagistes l’auraient manquée !

A marge de la conférence , Emmanuel Macron est revenu sur le processus de vente des parts du capital détenues par l’Etat ( 60%) qui est dans sa phase finale.

Le Ministre a confirmé que les offres sont à l’étude de la Commission de Participation et Transfert et que le critère du meilleur prix est intégré par une évaluation du dossier d’accompagnement de la stratégie de développement.

Le Ministre rencontrera les autres actionnaires minoritaire avant de prendre la décision finale.

Le "décret plage", adopté en 2006, impose qu’à chaque renouvellement de concession, l’espace dévolu aux paillotes ne dépasse pas 20% de la superficie d’une plage naturelle et 50% d’une plage artificielle. La nouvelle installation doit être aussi démontable.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message