70è anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : René Cassin professeur d’espoir

René Cassin était un visionnaire. Il avait compris avant bien d’autres qu’aucune paix durable n’est possible si le respect des droits de l’homme n’est pas assuré.

" Notre Déclaration se présente comme la plus vigoureuse, la plus nécessaire des protestations de l’Humanité contre les atrocités et les oppressions dont tant de millions d’être humains ont été victimes à travers les siècles et plus particulièrement pendant et entre les deux guerres".

C’est ainsi que René Cassin s’exprimait au Palais de Chaillot le 9 décembre 1948, pour présenter à l’Assemblée générale des Nations-Unies le projet dont il faut le rapporteur et qui fut adopté le lendemain, 10 décembre, il y a 70 ans.

Comme un pont entre les tragédies du passé et les nuages que nous voyons s’amonceler , il nous invite à réaffirmer l’universalité et la permanence des droits fondamentaux.

René Cassin ( 1887-1976) , compagnon du Général de Gaulle, résistant, rapporteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, vice-président du Conseil d’Etat puis Président de la Cour européenne des droits de l’homme.

René Cassin, né à Bayonne, a passe une grande partie de son enfance et de son adolescence à Nice, dans le quartier Saint-Roch. Il étudie notamment au lycée Masséna.

Le 10 octobre 1968, René Cassin se voit attribuer le prix Nobel de la paix pour son travail sur la déclaration des droits de l’homme vingt ans auparavant, pour son engagement dans sa diffusion et dans sa mise en œuvre, et pour son activité de président de la Cour européenne des droits de l’homme. il reçoit le prix lors de la cérémonie officielle à Oslo en Norvège le 10 décembre suivant.

En 1969, il utilise l’argent du prix Nobel pour fonder de l’Institut international des droits de l’homme (IIDH).

Il est lauréat du Prix des droits de l’homme des Nations unies en 1968.

Le 5 octobre 1987, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, sa dépouille a été transférée au Panthéon, à Paris.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message