Gilets jaunes : l’addition va être salée

Alors que la mobilisation des « gilets jaunes » semble marquer le pas en cette fin d’année, les différents pans de l’économie française en profitent pour faire le bilan d’un épisode social particulièrement lourd.

Après six semaines de manifestation, les différents secteurs économiques commencent à dresser un premier bilan de la mobilisation des « gilets jaunes » sur leur activité... et l’addition s’annonce salée, sur le plan social également.

Selon le ministère de l’Économie, plus de 43.000 demandes de chômage partiel ont été déposées par des entreprises à cause de la crise.

Le secteur du commerce aurait particulièrement souffert des blocages avec une baisse de 25% du chiffre d’affaires ». Depuis le début du mouvement, plusieurs fédérations sont montées au créneau pour en dénoncer l’impact. Les données varient toutefois énormément.

D’après une étude publiée à Noël par Nielsen, les cinq semaines de mobilisation des « gilets jaunes » ont causé une perte de « 1% » du chiffre d’affaires pour la grande distribution.

Globalement, la Fédération du commerce et de la distribution et le Conseil national des centres commerciaux chiffrent les pertes des commerçants à deux milliards d’euros. A comparer aux 450 milliards de chiffre d’affaires annuel du commerce de détail français.

Ces premiers bilans pourraient se renforcer dans les semaines à venir : dans ses dernières prévisions macroéconomiques, la Banque de France rappelait que les aléas liés au mouvement des « gilets jaunes » pouvant impacter ses prévisions « sont plutôt négatifs », notamment à cause d’un « possible impact encore plus lourd de la crise » sur les différents pans de l’économie.

Sur le long terme, les professionnels du tourisme craignent un effet majeur sur l’attractivité de la France.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message