Le Pacte de l’ONU sur les migrations : l’extrême droite européenne s’allie contre

Le Pacte de l'ONU sur les migrations, un texte qui suscite la panique Peu ambitieux , le Pacte sur les migrations de l’ONU qui a été signé signé ce lundi à Marrakech génère un vent de panique en Europe. Le Pacte mondial pour des migrations sûres ordonnées et régulières avait été approuvé en juillet par les 193 membres de l’ONU à l’exception des États-Unis, qui se sont retirés de l’accord l’année dernière. Ce dernier a été élaboré alors que l’Europe assistait au plus grand afflux de migrants depuis la Seconde Guerre mondiale. Nombre d’entre eux fuyant les conflits et la pauvreté au Moyen-Orient, en Afrique et au-delà. Ses détracteurs affirment qu’il ne fait aucune distinction entre immigration légale et illégale.

Pacte de l’ONU pour les migrations lors d’un événement organisé par le Vlaams Belang au parlement flamand à Bruxelles le 8 décembre.

« Le pays qui signe le pacte signe forcément un pacte avec le diable », a commenté Marine Le Pen.

« Le Pacte sur la migration est mort avant même d’avoir été signé », a déclaré Steve Bannon sur l’estrade du parlement flamand, avant de se réjouir d’avoir des leaders comme Donald Trump, Marine Le Pen ou Viktor Orbán « qui osent dire qu’ils ne veulent pas de ce pacte ».

Depuis plusieurs mois, l’Américain tente de rassembler les forces populistes de toute l’Europe. Cet été, il a annoncé qu’il mettait sur pied une fondation en Europe appelée Le Mouvement, avec laquelle il espère mener une révolte populiste de droite à travers le continent, à commencer lors des élections européennes de mai prochain.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message