Les Gilets jaunes virent au rouge et au noir ?

Certes la démocratie c'est la liberté de penser, de s'exprimer, de manifester. Oui, manifester justement, une notion qui semble totalement étrangère aux « gilets jaunes » lorsque l'on voit les opérations de blocages d'abord, puis cette sorte d'insurrection de samedi à Paris, le chaos dans beaucoup de ville de province . Des vandalisme, des violences, beaucoup de blessés , pillages, outrages aux symboles de la Nation ...c'est "manifester" ? Ce ne sont que les casseurs qui étaient en action ou bien d'autres leur ont prêté renfort ?

Et pour continuer, chaque jour les gilets jaunes occupent l’espace médiatique : en route vers Paris ou pas, une révolte ou une révolution, les récupérations en tout genre...de l’extrême gauche à l’extrême droite : Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon , Laurent Wauquiez , même François Hollande , se pavanent auprès des bloqueurs pour les soutenir , attisent les braises avant de rejeter la responsabilité de l’escalade sur le gouvernement. Aucune voix ne s’élève pour contredire le mouvement des « gilets jaunes » dans le fond. Étonnant ?

A bien y regarder de plus près, ce mouvement a beau n’être basé que sur un ramassis de revendications allant de l’arrêt des radars à 80 km/h aux hausses de la CSG et de l’essence ou du diesel, il faut toutefois ne pas minimiser ce qui se passe devant nous.

Si le mouvement des Gilets jaunes se distingue de toutes ces mobilisations anti-fiscales par son caractère spontané, hors organisations , les réactions des forces de l’ordre , les ouvertures au dialogue du gouvernement n’ont pas l’air de désarçonner les tenants du mouvement.

Si la vitalité de la mise en place de ce mouvement est à mettre sur le compte de la viralité des appels via le réseaux sociaux , il faut rester prudent mais attentif pour en comprendre les vraies raisons.

Un "automne gaulois" ? Version village d’Astérix...prêts à se battre quelles qu’en soient les raisons ?

Si le thème des petits contre les gros est le fil rouge de la participation spontanée des "gilets jaunes" ( les agitateurs et les militants d’extrême droite et d’extrême gauche en ont d’autres ) , si quelques chefs envisage déjà pour soi un avenir politique ( José Bové , François Ruffin et d’autres sont là pour démontrer l’appétit vient en mangeant ) , l’histoire est pleine de cas d’exploitation du bon petit peuple et de ses sentiments.

On sait bien que là où il y a les marionnettes , il y également les marionnettistes qui dictent la partition et tirent les fils.

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ne demandent-ils pas la dissolution de l’Assemblée Nationale ?

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message