Migrants : Amnesty International lance un cri d’alarme

Le Conseil des Ministres examinera un projet de loi concernant la régulation de l'immigration. Jusqu'à maintenant l'exécutif a préféré la politique de l'autruche, en essayant de limiter l'afflux des migrants provenant de l'Italie en appliquant la distinction entre ceux qui proviennent des pays en guerre ( et qui par ce fait, en droit d'asile) et les migrants économiques. Une politique inapplicable en état de fait. On verra si , compte tenu de la situation d'émergence ( voir , le nouveau gouvernement aura la capacité d'assumer la responsabilité d'un plan global et ( au moins) à moyen terme.

« Si le second semestre 2017 est à l’image du premier et qu’aucune disposition d’urgence n’est prise, 2017 est en passe de devenir l’année la plus meurtrière pour la route migratoire la plus meurtrière du monde », s’inquiète ainsi John Dalhuisen, directeur pour l’Europe de l’ONG Amnesty International

Plus de 2 200 migrants ayant tenté de traverser la Méditerranée sont morts au cours des six premiers mois de l’année, selon un rapport publié par l’ONG Amnesty International. Ce qui correspond à un taux de décès de 2,7% par rapport au nombre total des migrants recensés.

En 2016, année considérée comme la plus meurtrière, 4 581 morts ont été recensés, soit un taux de mortalité de 2,5%. Sur cette base, le taux de mortalité en 2017 pourrait donc être plus important qu’en 2016, ou au moins aussi élevé, explique l’ONG Amnesty International.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message