Migrants : la vérité des chiffres

Environ 258 millions de personnes ont quitté leur pays de naissance et vivent maintenant dans d'autres régions suivant le rapport des Nations Unies dévoilé à l'occasion de la Journée mondiale des migrants. Une augmentation de 49% par rapport à l'année 2000 et du 18% à 2010.

De l’analyse des données, émerge que 60% des migrants vivent en Asie (80 millions) et 78 millions en Europe, 58 millions en Amérique du Nord et 25 millions en Afrique.

A noter que deux tiers des migrants vivent en 20 pays :le nombre plus élevé aux Etats-Unis (50 milioni) puis Arabie Saudite, Allemagne et Russie qui sont autour de 12 millions chacun alors que la Grande Bretagne elle en comptabilise 9 millions.

Le nombre de réfugiés et demandeurs d’asile est estimé à près de 26 millions.
La Turquie en accueille le plus grand nombre ( 3 millions) , suivie par la Jordanie, Palestine, Liban et Pakistan.

Aucun des pays européens ni les Etats-Unis figurent aux premières place de ce "classement".

L’Asie est le premier continent de départ des migrants ( 106 millions, le premier Etat est l’Inde) , le deuxième est l’Europe (61 millions).

La liste des nations voit aux premières places Mexique, Russie, Chine, Bangladesh, Syrie, Pakistan et Ukraine

On trouve pas des nations africaines mais on estime que , dans le continent, 36 millions aient quitté leur pays d’origine.

La route la plus empruntée pour les flux migratoires est celle qui va du Mexique aux Etats-Unis ( 12,7 millions de personnes) suivi par celle qui va de l’Inde à l’Arabie Saudite ( 3,3 millions). Un cas à part est celui des syriens passés en Turquie pour cause de la guerre ( 3,3 millions).

A noter, que , parmi les 15 routes les plus empruntées, aucune conduit vers les pays d’Europe.

"Une analyse correcte des données sont fondamentales pour combattre les perceptions erronées et pour établir les politiques migratoires"-a commenté Liu Zhenmin, secrétaire général adjoint en charge des affaires économiques et sociaux de l’ONU.

En 2018, les 193 Etats membres de l’organisation se sont engagés pour un pacte global pour des politiques communes pour les réfugiés et les migrants, pour leur protection, pour s’opposer à la xénophobie et l’intolérance.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message