Union Européenne : la reconnaissance du tronçon Marseille-Gênes comme corridor européen va changer la donne de la mobilité régionale

La réalisation du Réseau transeuropéen de transport (RTE-T) dont les corridors sont le pilier est fixée pour 2030 . Ce sera l'axe portant de la politique de mobilité qui permettra l'intégration des territoires de l'Union Européenne. La réalisation des 9 corridors prévoit un financement de 700 milliards d'euros, avec une participation de l'UE de près de 300 milliards. La reconnaissance du tronçon Marseille-Gênes permettra la liaison avec le corridor qui va de Rotterdam et la ville ligure, en passant par le coeur de l'Allemagne , à Francfort. On comprend bien la satisfaction de Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Député européen après cette annonce : « Une victoire essentielle pour notre territoire ! une décision qui change absolument tout pour notre Région, pour ses ports et ses infrastructures ferroviaires ! ".

Désormais, tous les dossiers qui relèveront de ce tronçon seront prioritaires pour bénéficier de fonds européens au titre du Mécanisme d’Interconnexion en Europe (MIE). C’est un changement de dimension incroyable, qui nous rend éligibles aux plusieurs milliards d’euros européens déployés dans les 10 prochaines années.

Ces financements pourront concerner :

- des aménagements ferroviaires indispensables à la ligne Marseille-Vintimille-Gênes, colonne vertébrale de notre littoral,

- le développement portuaire, à commencer par celui du Grand Port Maritime de Marseille : Infrastructures générales, Equipements numériques , Bornes de gaz naturel liquéfié

- et tout ce qui contribue à favoriser la multi-modalité et donc le désengorgement des routes de la Région avec des conséquences positives pour la santé des habitants (pollution atmosphérique, qualité de l’air)

Un appel à projets vient d’être lancé par la Commission, et sera clôturé en octobre.

Nous devons déployer tous nos efforts afin de déposer un maximum de dossiers et lancer immédiatement la dynamique. Je ferai tout pour encourager les initiatives en ce sens » a déclaré Renaud MUSELIER, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le terme de corridor européen, ou eurocorridor, s’inscrit dans le cadre du Schéma de développement de l’espace communautaire (SDEC) de 1999. Il désigne un axe de développement linéaire transeuropéen, modélisé dans l’espace par les grandes infrastructures de transport, d’énergie et de télécommunication, regroupées sous la dénomination de réseaux transeuropéens (RTE). Dans un sens descriptif, les eurocorridors s’articulent le long des grandes concentrations urbaines en Europe.

Les eurocorridors s’inscrivent dans la trame spatiale communautaire et possèdent ainsi une fonction d’aménagement du territoire permettant d’articuler dans l’espace les politiques sectorielles européennes (environnement, transports, développement économique, etc.).

Portant de grands programmes de construction d’infrastructures de transport, d’énergie ou de télécommunication, les RTE jouent un rôle essentiel dans l’achèvement de l’intégration du territoire européen et dans la réalisation "d’un espace sans frontières intérieures" selon les objectifs du traité de Maastricht confirmé par le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) de 2008.

La politique des réseaux transeuropéens définit de grandes opérations et des projets d’intérêt commun qui pourront être financés par les fonds européens. Elle a pour objectif global de transformer les vingt-sept réseaux nationaux en un seul réseau unique et interopérable de dimension européenne, en éliminant les goulets d’étranglement et en rajoutant les maillons manquants.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message