L’aéroport de Nice-Côte d’Azur objet de toutes les convoitises

Des offres ont été déposées pour racheter 60% du capital, des parts détenues par l'État. Un rachat qui pourrait rapporter près de 1 milliard d'euros. Le repreneur doit être choisi cet été.

Les candidats au rachat des parts de l’Etat dans l’ aéroport de Nice* avaient jusqu’à lundi midi pour déposer leurs offres fermes.

Plusieurs consortiums seraient candidats, selon des sources proches du dossier.

Il s’agit du gestionnaire aéroportuaire Vinci Airports associé à la Caisse des dépôts et l’assureur Predica (Crédit agricole), du groupe d’investissement français Meridiam avec le groupe espagnol de BTP et de services Ferrovial, du fonds d’investissement Ardian associé à différents partenaires financiers, du groupe italien Altantia (Benetton), du groupe turc Limak et de l’Australien Macquarie allié à FPP (holding familial de Peugeot) , de l’assureur allemand Allianz qui s’est allié au fonds américain GIP.

Ce dernier pourrait avoir les faveurs des collectivités locales pour sa proximité avec le territoire. Son PDG français Jacques Richier , originaire de la région niçoise , affiche volontiers sa relation amicale avec le président de la Métropole Christian Estrosi.

L’Etat monégasque a par ailleurs indiqué qu’il envisageait une entrée au capital de l’aéroport de Nice avec une prise de participation entre 5% et 9% selon la valorisation, en s’associant à l’un des groupements en lice.

* L’aéroport de Lyon-Saint Exupéry est également mis en vente, même si séparément de son homologie niçois.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message