L’économie mondiale avance en crabe

Les nouvelles prévisions de croissance économique pour l'ensemble des 191 pays membres du Fonds monétaire international ne sont guère enthousiasmantes. Les perspectives des pays émergents s'améliorent légèrement alors qu'elles tendent à s'essouffler dans les économies avancées.

Le FMI prévoit une croissance mondiale de 3,1% cette année, de 1,7% dans la zone euro et de 1,3% en France, une croissance trop lente qui pourrait alimenter le protectionnisme et le PIB mondial devrait progresser globalement de 3,4% en 2017.

De tels rythmes peuvent sembler certes fort satisfaisants à l’aune des taux de croissance que connaît par exemple l’Europe depuis une dizaine d’années. Sauf qu’ils se rapportent à l’économie mondiale dans son ensemble.

Or compte tenu du rattrapage des pays émergents et des besoins des économies en développement, les experts considèrent qu’en deçà d’un taux de 2,5%, l’économie mondiale est quasiment en récession.

Le spectre d’une stagnation persistante, particulièrement dans les économies avancées, pourrait nourrir les appels populistes et les restrictions des échanges sur le commerce et l’immigration.

La reprise qui avait atteint 2% dans la zone euro en 2015 tend à s’essouffler, retombant à 1,7% cette année et 1,5% l’an prochain.

Au passage on remarque que la France se situe en deçà de la moyenne européenne, avec un taux de croissance d’à peine 1,3% pour les trois années 2015-2016 et 2017.

Quant au Royaume-Uni, plutôt bien loti ces dernières années (2,2% de croissance en 2015), le FMI prévoit que le Brexit commencera réellement à mordre l’an prochain, ce qui l’a amené à diviser par deux sa prévision de croissance pour l’économie britannique en 2017 (1,1%).

Huit ans après la grande récession de 2008-2009, « la reprise mondiale reste faible et précaire », estime le FMI. Il en appelle les gouvernements à mener « des politiques coordonnées ».

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message