La 11e journée de grève a donné des signes d’essoufflement. A Nice, RAS.

La 11e journée de grève s'est déroulée à Paris et dans d'autres villes sans heurts particuliers. A Nice, à part des perturbations dans le réseau des transports publics, aucun autre désagrément n'a été à signaler et le cortège a défilé dans le calme.

Le mouvement de contestation à la loi du Travail donne l’impression de s’ essouffler : au niveau national, la police estime à 64 000 le nombre des manifestants alors que les syndicats en prétendent 200 000 !!!

Comme toujours dans ces cas, les mathématiques, pourtant une science exacte, ne sont qu’une opinion !

Malgré cette perte de vitesse, le "commandant de lutte" Philippe Martinez (CGT) et son acolyte Jean-Claude Mailly (FO) y trouvent toujours leur plaisir et ont déjà annoncé une nouvelle marche pour le 5 juillet prochain, jour où l’ Assemblée Nationale examinera en deuxième lecture cette loi si contestée.

Pas intimidé par l’opposition syndicale, le Sénat, à majorité de droite, a adopté dans l’après-midi le texte dans une version plus libérale : le verrou des 35 heures a sauté, la généralisation de la garantie jeunes a été supprimée, le compte personnel d’activité a été partiellement vidé et le plafonnement des indemnités prud’homales (à 15 mois de salaire) rétabli.

Toutefois, cette version devrait être détricotée par les députés lors d’une nouvelle lecture à partir de mardi prochain, pendant laquelle le gouvernement n’exclut pas de recourir à l’article 49-3 pour faire adopter sa version sans vote.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message