La ville récompense ses écrivains en herbe

Seize élèves ont été récompensés pour leur participation au concours national "Défense et illustration de la langue française", dans la catégorie "Expression écrite de la langue française".

L’école Jules Ferry de Nice accueillait hier la cérémonie de remise des prix départementaux du concours national "Défense et illustration de la langue française". Pour l’occasion, Monique Apréa, présidente de la section des Alpes-Maritimes de l’AMOPA (Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques) était présente pour présider la cérémonie. Celle-ci a souhaité à tous que la cérémonie "reste un agréable souvenir pour tous".

Monique Apréa a rappelé que "les travaux sont soumis à un jury national". Seulement, pour récompenser plus d’élèves, il a été décidé de créer des prix départementaux. La récompense pour les lauréats "a pour but de les motiver à poursuivre leurs travaux de création" : des livres de récits classiques et un diplôme.

Lauriano Azinheirinha, Monique Apréa et Michel-Jean Floc’h ont présidé la cérémonie de remise des prix.

Face à elle, des élèves et leurs parents, mais aussi des professeurs et des directeurs d’établissements. Après avoir remercié Marie Quimbel, directrice de l’école Jules Ferry "qui accueille chaque année cette remise de prix", elle a cédé la parole à Lauriano Azinheirinha, adjoint au maire délégué à l’éducation, qui a salué l’initiative d’organiser la remise de prix dans cette école : "qui de mieux que Jules Ferry pour représenter la langue française ?", s’est-il amusé.

Également présent, Michel-Jean Floc’h, inspecteur académique, a souligné que "la langue française nous réunit tous. Les enfants nous montrent l’exemple". Fier des travaux "exemplaires" selon ses dires, il a ajouté que "cette langue était l’une des valeurs à défendre".

La remise de prix a ensuite débuté et une élève a été particulièrement distinguée : Romane Petit-Mambrini, élève de CM2 à l’école Jean-Marie Hyvert de Nice, a reçu le deuxième prix national ex-æquo dans sa catégorie. Face à ses parents incapables de cacher leur fierté, celle-ci a lu son texte, qui avait pour sujet la nature et les arbres, à voix haute.

Romane Petit-Mambrini, l’une des élèves les plus distinguées, a lu son texte face au public.

Les écoles Ronchese, Rothschild, Jules Ferry et Auber font partie des principales récompensées. Mais trois élèves du lycée Bristol de Cannes ont également été primées : étudiantes en secondes, toutes les trois ont reçu un prix pour la catégorie "Jeunes nouvelles", dont des courts extraits ont également été lus.

Au total, treize élèves de cours moyen et trois élèves de secondes ont été primées au cours de cette cérémonie.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message