Le Conseil Municipal a délibéré les nouveaux noms des voies et site publiques

Pour une fois , majorité et opposition n’ont pas débattu mais elles ont décidé consensuellement d’attribuer à des personnalités l’inscription de leur nom dans des rues ou sites de la cité.

LAURA BORLA

Elle avait été inaugurée le mois dernier dans la plus grande émotion. L’allée Laura-Borla, du nom de cette jeune victime de l’attentat du 14-Juillet, relie le boulevard Impératrice Eugénie au collège de l’Archet, où la jeune fille était scolarisée.

PANCHO GONZALES

Défenseur et capitaine quand l’OGC Nice dominait le football français dans les années 1950, entraîneur et dirigeant ensuite, l’Argentin aura passé plus d’un demi-siècle dans "son" club. Décédé l’an passé, César "Pancho" Gonzales a désormais sa rue, à deux touches de balle de l’Allianz Riviera (entre le boulevard des Jardiniers et la rue Pierre-de-Coubertin).

RENÉ LORENZI

Reliant la rue de Roquebillière à la rue Monsiegneur Daumas, la rue Chanoine René Lorenzi honore la mémoire de cet ancien résistant, qui a longtemps officié à la paroisse Saint-Roch.

JOSETTE ANELLI

Décédée en tout début d’année, cette figure niçoise de la Résistance, maquisarde torturée par la Gestapo. Depuis le 38 route de Turin, la rue Josette-Anelli rejoint la rue Georges-Janvier.

CORETTA SCOTT KING

Militante pour la lutte des droits civiques et pour l’égalité, l’épouse de Martin Luther King est décédée en 2006. L’allée Coretta-Scott King, voie piétonne, est située dans le quartier des Moulins, entre l’avenue de la Méditerranée et l’allée Sœur Emmanuelle.

OLYMPE DE GOUGES

Pionnière du féminisme française, cette femme de lettres a notamment signé la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, avant d’être guillotinée en 1793. L’allée Olympe-de-Gouges relie l’allée Sœur Emmanuelle au boulevard Paul Montel.

ESTHER POGGIO

Dans la Résistance, on l’appelait "La marquise". Cette Toulonnaise de naissance fait partie des "fusillés de l’Ariane", ces 23 résistants exécutés par les Nazis à l’été 1944. Dans le quartier où elle perdit la vie le jour du débarquement en Provence (15 août 1944), la rue Esther-Poggio remplace celle initialement dédiée à Odette Rosenstock et Moussa Abadi, créée l’an dernier.

ODETTE ROSENSTOCK ET MOUSSA ABADI

Ce n’est donc pas une création mais un déménagement. L’espace public situé à l’angle de l’avenue Thiers et de la rue Amiral de Grasse, qui n’avait jusqu’alors pas de nom, s’appellera désormais Espace Odette Rosentock et Moussa Abadi, du nom de ce couple de résistants à l’origine de la création du Réseau Marcel, qui permit de sauver 527 enfants juifs entre 1943 et 1945 dans la région niçoise.

ROSA PARKS

En refusant de laisser sa place à un blanc dans le bus, Rosa Parks, couturière de son état, est devenu une figure emblématique de la lutter contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Elle a notamment combattu aux côtés de Martin Luther King, et a désormais son allée au cap de Nice, jardin Nelson-Mandela.

LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR

Poète, écrivain, ministre sous De Gaulle avant de devenir le premier président de la République du Sénégal en 1960, Léopold Sédar Senghor donne son nom au jardin d’enfants situé près de l’école Aimé Césaire, dans le quartier de Saint-Roch.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message