Le Week-end en Sourd’IN à l’Espace Magnan

2 jours de programmation tonitruante pour voir, comprendre, découvrir et partager une autre langue, une autre culture et se rencontrer tout simplement ! Une programmation pleine de surprises, de beaux moments d’échanges, des Artistes Sourds aux talents incroyables à découvrir. « Qu'importe la surdité de l'oreille, quand l'esprit entend » (Victor Hugo).

En 2014, la collaboration avec « L’Union des sourds de Nice » pour l’accueil du spectacle « Sourd et alors ? » interprété par le comédien Toulousain, Jean François Piquet (Jef’s), a été déterminante.

Après le franc succès de la première édition autour du spectacle vivant, cette deuxième édition, est orientée cette année, sur le cinéma.

Une programmation riche et variée se déroulera pendants ces deux jours et ne manquera de rencontrer un franc succès.

Avec la coordination de Jessica Martinez, programmatrice, et Nathalie Audar, interprète LSF-Français à l’association Armils

L’histoire des sourds est significative. Considérés comme handicapés mentaux jusqu’au 19è siècle, ils ont du se battre pour exister et faire valoir leur place dans la société.

La langue des signes, plus ou moins acceptée puis interdite au congrès de Milan en 1880, a néanmoins permis à la communauté sourde d’exister et de se construire dans « l’entre-soi ». Il aura fallu 100 ans pour que la loi Fabius en 1991 favorise le choix d’une éduction bilingue pour les sourds. Et ce n’est qu’en 2005 que la loi reconnait la LSF comme une langue à part entière, ce qui entraine la reconnaissance de la communauté des sourds comme telle et celle de la langue des signes comme langue de cette communauté.

Tout langage participe à la construction de l’individu et ce n’est pas un hasard si la LSF - source et instrument de la culture sourde - est porteuse d’une véritable identité culturelle d’une très grande richesse.

Aujourd’hui, la plupart des sourds, ne se vivent plus comme porteurs d’un handicap mais d’une différence et revendiquent le droit à cette différence.
Des initiatives émergent depuis plusieurs années partout en France, en réponse à leurs revendications légitimes et suite aux orientations des politiques publiques concernant l’égalité des droits, l’éducation artistique et la participation de tous à la vie culturelle, mais l’offre culturelle en direction des publics sourds reste limitée et souvent ponctuelle.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message