Les niçois à Rome à l’invitation du Pape. Critiques et polémiques les accompagnent.

Dès le lendemain de l'attentat meurtrier, le pape avait condamné "de la manière la plus absolue" et exprimé sa solidarité avec les victimes et les Français. Une proximité réitérée à l'occasion de la prière de l'Angelus le dimanche suivant.

Ce samedi à midi, dans la salle Paul VI, il recevra donc toutes les victimes et leurs familles en audience privée, "sans distinction de religion".

Mgr André Marceau, évêque de Nice,les accompagnera au Vatican à la rencontre du pape François.

Le président de la région PACA, Christian Estrosi, a expliqué que les familles seraient accompagnées des membres d’Alpes-Maritimes Fraternité, association de dialogue entre chrétiens, juifs et musulmans, rassemblant des représentants de toutes sensibilités religieuses.

"Ce sera le temps qui rassemblera le plus depuis le 14 juillet. C’est, loin des instrumentalisations, un souffle d’espérance vers l’avenir", a-t-il déclaré..

Logistique et organisation sont assurées par la municipalité de Nice. "Deux avions, affrétés avec une aide d’Air France, transporteront essentiellement les blessés physiques et les familles endeuillées. Les victimes indirectes et personnes choquées partiront en bus la veille" a-t-on précisé au service de presse de la mairie.

Signe de ces temps où rien ne convient à tout le monde et tout est occasion de litige et polémique, ce déplacement est l’occasion d’une levée de boucliers de la part de la Ligue du Droit des hommes ( LDH) :

"S’il s’avère qu’une partie des coûts liés à ce déplacement resteront à la charge de la collectivité territoriale, nous interpellerons le préfet des Alpes-Maritimes afin qu’il exerce le contrôle de légalité sur la délibération qui autorise cette dépense illégale, car contraire au principes posés par la loi de 1905. Les citoyens niçois sont contraints de financer par leurs impôts un pèlerinage au Vatican, opération à caractère religieux et, surtout, électoraliste. Les victimes étant de toutes confessions doit-on s’attendre bientôt à financer un pèlerinage à Jérusalem, à la Mecque ou à Bénarès ?".

Les élus municipaux écologistes ont également déploré l’initiative de M. Estrosi, prise selon eux sans l’avis du conseil municipal.

Cet acte n’aurait été qu’une formalité, compte tenu de l’écrasante majorité : On sait que Christian Estrosi est dans la mouvance de Nicolas Sarkozy, partisan de la démocratie "verticale".

Quant aux critiques de LDH, la récupération politique de ce voyage de la part de Christian Estrosi n’a pas été des plus discrètes.

D’autre part, en politique...

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message