Les socialistes métropolitains portent ( métaphoriquement) le bonnet jaune

Une fois "découvert" par ceux qui exerçant des fonctions publiques auraient du en avoir la perception depuis longtemps, le filon du "pouvoir d'achat" est devenu l'objet de toutes les convoitises. Si puis, on y ajoute le " justice sociale et fiscale " , c'est l'en plein ! Et donne le droit de porter - à défaut d'un gilet trop caractérisant - au mois une plus sobre casquette jaune !

Vendredi prochain , comme déjà annonce publiquement lors de la première semaine de l’activité des Gilets jaunes , le Président de la Métropole Christian Estrosi demandera aux conseillers de délibérer un chèque énergie de 20 euros par mois pour les automobilistes pour les automobilistes parcourant plus de 30 kilomètres de distance journalière entre leur lieu de travail et leur domicile. La mesure sera financée à la hauteur de 500 mille euros et on estime qu’à peine plus des 2000 personnes en seront les bénéficiaires. Dire que ça va changer les choses....

Pour ne pas en rester là, le groupe "socialiste" municipal et métropolitain " Un autre avenir pour Nice" présentera , lui aussi, des propositions en direction des familles les plus modestes et des jeunes.

La restauration scolaire à 1 euros*

Il s’agit de diminuer les tarifs ( réduits en fonction qu quotient familial ) actuels de 1,70 euros ( maternelle) et 2,27 euros ( élémentaire) à 1 euros rond.

Si cette proposition était retenue , le gain annuel serait de 100,80 euros ( maternelle) et de 182,88 euros ( élémentaire).

La proposition prend en compte la progression des tarifs entre 2008 et 2018 qui , -d’après les tableaux comparatifs présentés- qui ont évolués de 1,43 à 1,70 euros / + 18,88% ( maternelles) et de 1,40 à 2,27 euros / + 62,14% ( élémentaire).

Suivant un autre tableau, celui comparatif des 10 villes françaises les plus importantes, Nice figure comme la ville la plus chère dans tous les cas de figure. A noter que si la tarification pratiquée à Nice n’a que 2 tranches, elles sont 10 à Paris et même 16 à Lille, ce qui permet une application tarifs/revenus plus articulée.

Les considérations "politiques" subjacentes à la proposition

Nice est la ville où les pauvres paient le plus cher : à l’école primaire le tarif réduit est de 2,27 euros alors qu’il est partout ailleurs de moins de 1 euro : p.e., 0,23 euro à Bordeaux, 0,50 euro à Lille

Nice est la ville où les plus riches paient la cantine la mois chère. Le tarif plein est de 2,95 euros pour la maternelle et de 3,25 euros pour la primaire . Dans les autres villes les riches paient plus cher : p.e., 4,41 euros à Bordeaux, 7,30 euros à Lyon.

Les propositions

L’instauration d’un barème progressif avec 5 tranches différentes prenant en compte les ressource des familles avec le tarif de 1 euro pour les familles les plus modestes.

Une dégressivité lorsque plusieurs enfants d’une même famille déjeunent à la cantine.

La gratuite totale des transports sur RLA pour les moins de 25 ans

La motivation

Faire un effort vis-à-vis de la jeunesse afin de faciliter sa mobilité sur l’ensemble du territoire métropolitain et de dissuader l’usage de l’automobile.

Aujourd’hui :

le tarif école primaire et maternelle est à 45 euros l’année

Pass bleu azur pour les moins 18-25 ans est à 153 euros l’année

le tarif annuel de moins de 19 ans est à 122,50 euros l’année

le tarif apprentis et étudiants de 19-25 ans est à 145 euros l’année

Conclusion

Laissons à l’art divinatoire des haruspices la prévision quant à la suite de ces propositions.

Caton - repris par Cicéron ans " De divinatione" (II-51) - ne disait-il pas que « deux haruspices ne peuvent pas se regarder sans rire » ?.

* il existe un tarif gratuit dit d’aide sociale " pour les cas sur rapport de l’assistante sociale

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message