Les summit européen à Ventotene : retrouver l’ésprit d’une Europe libre et unie

Aujourd'hui, dans le cadre des consultations pour la coordination de la politique européenne , Matteo Renzi, président du Conseil des Ministres du gouvernement italien recevra la Bundezkanzlerin allemande Angela Merkel et le Président français François Hollande.

La rencontre aura lieu pour des mesures de sécurité au bord du navire de la Marine militaire italienne "Garibaldi", un nom qui ne pourrait pas être plus évocateur pour maintes raisons , dans les eaux de la mer Tyrrhéniennes de l’archipel des îles Pontines, face à l’île de Ventotene, où il était bâti le pénitentiaire des Bourbons de Santo Stefano ( Saint Etienne).

Un lieu hautement symbolique pour parler d’Europe, puisque sur cette îles furent déportés et assignés en résidence pendant la seconde guerre mondiale des nombreux intellectuels qui s’opposèrent au régime fasciste.

Pendant leur captivité, Altiero Spinelli et d’autres, parmi lesquels Sandro Pertini qui devint président de la République italienne et que les niçois bien connaissent pour avoir séjourné régulièrement dans la capitale azuréenne où il possédait un appartement, rédigèrent, entre 1941 et 1944, l’acte fondateur de l’Europe, le " Manifesto per un Europa libera e unita" ( Le manifeste pour une Europe libre et unie) qui inspira ,quelques années plus tard, Jean Monnet, Konrad Adenaur et Alcide De Gaspari , les pères fondateurs, dans leur action fédératrice.

Dans ce "manifeste" Altiero Spinelli qui , toute sa vie, fut un animateur et combattant exemplaire du mouvement fédéraliste européen, appelait à "une Europe des libertés constitutionnelles et des partis démocratiques, une Europe des droits et des libertés".

Il était un intransigeant visionnaire que, privé de liberté personnelle par un régime oppressif, voyait dans " la démocratie la forme d’une société dans laquelle le pluralisme politique , éthique et religieux est la substance de la liberté de tous et chacun".

Un message qui conserve toute son actualité dans ces temps de dérives populistes et nationalistes qui pourraient nous faire revenir en arrière, à cette époque tourmentée et sombre.

Altiero Spinelli , après une vie passée dans les institutions européennes, demanda qu’à sa mort il soit enterré à Ventotene. Ces cendres sont dispersées dans la mer où le navire "Garibaldi" sera amarré aujourd’hui.

Puisse sa leçon de vie inspirait les trois leaders politiques européens pour continuer son oeuvre.

par Garibaldino

Pour mémoire :

Altiero Spinelli (né le 31 août 1907 à Rome, mort le 23 mai 1986 dans la même ville) était un homme politique italien, partisan du fédéralisme européen. Journaliste, jeune militant communiste et anti-fasciste, il fut condamné en 1927, sous le régime de Mussolini, à 16 ans de prison. Il fut déporté sur l’île de Ventotene où il rédigea un manifeste pour l’Europe unie. Il est parfois cité parmi les Pères fondateurs de l’Union européenne en raison de son influence sur l’intégration européenne après-guerre.

Fondateur du Mouvement fédéraliste européen en 1943, puis cofondateur de l’Union des fédéralistes européens, il fut plus tard membre de la Commission européenne, puis du premier Parlement européen élu au suffrage universel direct en 1979.

Altiero Spinelli fut l’un des promoteurs d’un projet de traité sur l’Union européenne adopté par le Parlement européen en 1984. Ce projet de relance de la construction européenne par des mesures politiques dans une dynamique fédéraliste a été modifié par la Commission européenne, présidée alors par Jacques Delors. La Commission prônait, une fois de plus dans l’histoire de la construction européenne, une relance par des mesures économiques. Ces tergiversations ont donné naissance à l’Acte unique européen.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message