Affaire Bertin : la page est tournée. Le dossier pour aller aux archives.

Le temps passe, les émotions s'estompent, les personnages sont passés à autre chose, le contexte change. Il fallait arriver à tourner la page et à fermer un dossier qui, d'ailleurs n'aurait jamais du être ouvert. Mais les circonstances étaient vraiment exceptionnelles et chacun à pensé à soi plus qu'à la vérité.

Le jugement de la chambre correctionnelle du Tribunal de Paris, c’est le point final d’une polémique qui aura duré un peu plus d’un an.

Sandra Bertin, la policière municipale niçoise était poursuivie par Bernard Cazeneuve pour diffamation, après les propos qu’elle a tenu quelques heures après l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais. Elle a été relaxée.

Elle affirmait avoir subi des pressions de la part du ministère de l’Intérieur, alors qu’elle rédigeait un rapport sur les images de vidéosurveillance.

La justice estime que Sandra Bertin a pu "de bonne foi" interpréter "de manière erronée" les demandes qui lui étaient faites. Elle a "fantasmé" avait dit la procureure, lors de son intervention.

Reste à se demander quel besoin avait eu Sandra Bertin de se confier à un journal national, pour lancer des accusations qui se sont révélés comme fruit de sa fantasie.

Une interview qui tombait à pic au moment de la polémique quant aux responsabilités de la municipalité et des services de l’Etat.

Que signifie cette décision ?

Si ces propos sont bien diffamatoires, la justice explique que la policière a "pu en toute bonne foi", "fatigue physique et nerveuse" aidant, "interpréter de manière erronée" la demande d’une commissaire à la Direction centrale de la sécurité publique. La 17e chambre du tribunal correctionnel considère que "la démarche prêtée à Bernard Cazeneuve" par Sandra Bertin "paraît irréaliste, voire inconcevable". A l’audience du 7 juillet dernier, la procureure ne disait pas autre chose. Elle estimait que la policière avait "fantasmé" des pressions venues de Paris alors qu’elle rédigeait son rapport.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message