Budget 2019, logement et Institut d’Intelligence Artificielle au Conseil métropolitain

Débat sur l'orientation budgétaire pour 2019, logement, exploitation des infrastructures locales et enseignement. Voilà les principales questions qui étaient inscrites, hier, au menu du Conseil Métropolitain de Nice Côte d'Azur au Centre Universitaire Méditerranéen.

En préambule à ce Conseil Métropolitain du troisième trimestre 2018, Christian Estrosi, Président de la Métropole et Maire de Nice, a tenu a rappeler que les objectifs fixés l’année dernière avec l’État ont été atteint :

- priorité à l’investissement, dans chacune des commune, avec 140 M€ par an.
- maintient des efforts de gestion dans le cadre du contrat financier.
- baisse d’impôt pour redonner du pouvoir d’achat aux habitants.

Depuis 2009, la Métropole a consacré plus de 2,4 milliards d’euros en dépenses d’équipement, soit plus de 240 millions d’euros par an. Le Conseil a annoncé qu’il poursuivrait dans cette voix en consacrant plus d’un milliard sur la période 2018-2020, 140 millions d’euros par an sur le budget principal, pour les investissements dans nos communes.

"L’attractivité est conditionnée par notre capacité à proposer des infrastructures indispensables à l’émergence d’un écosystème dynamique sur l’ensemble du territoire métropolitain" déclarait Christian Estrosi. "Notre politique volontariste se fait en maintenant le niveau de fiscalité le plus faible possible" a-t-il ajouté. La mutualisation a permis de réaliser 32 millions d’euros d’économies pérennes par rapport aux dépenses constatées en 2009. "Dans le cadre du contrat financier, nous poursuivrons ces efforts de gestion en 2019 et 2020".

Le Président du Conseil Métropolitain et Maire de Nice a également précisé qu’il redonnerait du pouvoir d’achat aux concitoyens, en baissant la fiscalité. "Ces efforts ont permis de baisser le taux de TEOM (Taxe ou redevance d’enlèvement des ordures ménagères) d’un point en 2018 et nous sommes en capacité de réduire à nouveau ce taux d’un point en 2019".

"C’est une baisse contrainte et forcée par la jurisprudence Auchan*. Voilà pourquoi, depuis deux ans, la TEOM baisse"- lui a répondu Patrick Allemand , président du groupe socialiste-écologiste.

L’opposant est revenu sur un des points forts de sa critique au budget métropolitain : l’endettement. En énumérant des chiffres en augmentation, plus de 1,5 milliards d’euros en 2019**, il a fait état du dépassement du seuil d’alerte (12 ans ) prévu par la Court des Comptes et ce malgré la nouvelle taxe sur le foncier bâti qui a permis une recette fiscale de près de 70 millions d’euros.

Christian Estrosi a refusé cette lecture , " un seuil d’alerte ne signifie pas une mise sous tutelle mais l’évidence d’une situation critique" et puis " l’administration me confirme qu’on sera à 9,4 ans" lui a rétorqué.

Sur ce point , Marie-Christine Arnautu (RN) s’est insinuée pour demander de revenir sur la décision - déjà assumée- de vendre les parts ( sauf garder 1% pour rester à la table des décisionnaires) de la société de gestion des Aéroports de Nice, vendu par l’Etat à la société Atlantia ( groupe Benetton) qui gère l’aéroport de Rome.

Investissement, déficit , endettement, capacité de désendettement , la valse des chiffres ne s’arrête jamais et chacun lui donne la lecture qui lui convient !

Deux autres points de la séance méritent qu’on leur porte intérêt :

(i) la Métropole soutiendra la candidature de l’université Côte Azur (UCA) pour sa labélisation dans le cadre du réseau d’Instituts Interdisciplinaires d’Intelligence Artificielle (3IA) portée par le centre Inria Sophia Antipolis

(ii) l’Etat a retenu la Métropole comme un des 24 "territoires de mise en oeuvre accélérée du plan Logement d’abord". Cet intitulé administratif signifie tout simplement que l’Etat allouera des crédits qui devront permettre de proposer aux personnes concernés ( sans domicile stable ou en risque de rupture) des solutions de retour au logement et désengorger ainsi les hébergements d’urgence en saturation croissante. Un plan d’action devra accompagner cette mesure.

Une prochaine séance publique est programmée pour le 8 novembre. Elle sera dédiée prioritairement au thème de l’écologie.

Le conseiller métropolitain Fabrice Decoupigny, qui hier a consigné symboliquement au président Estrosi une bouteille en verre "d’eau de Nice " dans le cadre d’une action qui dénonce l’utilisation du plastic , matière no biodégradable, ne manquera pas de nous offrir une performance digne de ce nom. Nous y préparons...

*Le Conseil d’État a précisé que toute délibération qui conduisait à percevoir un montant de taxe ne correspondant pas aux besoins de la commune en matière de collecte des déchets ménagers doit être considérée comme entachée d’illégalité.

Cette taxe a donne origine à une intervention de la "pasionaria" Christelle D’Intorni , maire de Rimplas - groupe Ciotti - qui s’est lancée , comme son habitude, dans une déclaration virulente dont on arrive mal à comprendre le sens. Cette surexcitation est-elle si nécessaire pour s’exprimer ?

** le rapport financier met en évidence que le budget alloué aux lignes 2/3 du tramway est lévité de 954 millions d’euros.

*** Un voeu a été voté à l’unanimité en soutien de l’action en cours de revendication syndicale du service de traumatologie de CHU de Nice à Pasteur. Le Président du Conseil Métropolitain Christian Estrosi qui s’adresse au Président du Conseil de Surveillance du CHU Christian Estrosi....sympa, non ?

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message