Cadeaux fiscaux : réaction des "gauches" locales

Les annonces de Christian Estrosi concernant la baisse des impôts locales - et en mesure mineure celle d'Eric Ciotti pour celle départementale ( doit-on imaginer qu'il y a une préférence pour ce dernier ?), ont déclenché la réaction virulente des dirigeants des "gauches" locales. Si faute de consensus électoral, elles ne peuvent que pratiquer une opposition a minima dans les lieux institutionnels, elle n'ont pas perdu la parole, bien au contraire. On pourrait les définir " flatus vocis" mais leur langue est bien électrique...

Patrick Allemand (Conseiller municipal de Nice, Conseiller métropolitain Nice Côte d’Azur) : Baisse des impôts locaux , la grande illusion de Christian Estrosi !

L’annonce surprise, par Christian Estrosi, d’une double baisse des impôts locaux a de quoi faire bondir la population niçoise et métropolitaine après le matraquage fiscal qu’il leur a imposé depuis 10 ans. Je fait confiance à ces derniers pour qu’ils ne se laissent pas abuser par cette annonce en trompe l’œil !

Concernant la baisse de la TEOM (taxe d’enlèvement des ordures ménagères), c’est une décision qui lui est imposée en application de l’arrêt Auchan qui dispose que le montant de cette contribution ne peut excéder le coût du service rendu. En clair, on ne peut pas l’augmenter pour financer d’autres politiques, ce qui était le cas !

Quant à la baisse de la part de la ville de Nice dans la taxe foncière, elle ne compensera en aucun cas la création de l’impôt métropolitain sur le bâti qui va augmenter de 15 % la totalité de l’impôt foncier que les Niçois vont prochainement recevoir et qui correspond à un prélèvement supplémentaire massif de 63 millions d’euros, qui, chaque année, viendra alléger un peu plus les poches de tous les métropolitains.

Xavier Garcia ( 1er Secrétaire du PS 06):Baisse des impôts métropolitains : une insulte à l’intelligence des électeurs

A un an et demi des élections municipales, l’annonce de la baisse de la taxe sur les ordures ménagères et de la taxe foncière par le Président de la Métropole apparaît comme une insulte à l’intelligence des électeurs.

Cette baisse, que nous aurions applaudie si elle avait été le fruit d’une gestion rigoureuse, intervient en effet après de multiples hausses successives et d’un endettement record. Elle n’a aucune logique si ce n’est celle d’un électoralisme éhonté et d’une course à l’échalote fiscale avec Eric Ciotti ,qui laissera les finances métropolitaines un peu plus exangues.

Et tout le monde sait pertinemment que s’il est réélu, Christian Estrosi augmentera de nouveau les impôts sitôt les bureaux de vote fermés.

Robert Injey ( PC Nice) :Christian Estrosi se moque des niçoises et des niçois !

A quelques mois des échéances municipales son affaire de baisses des impôts est une grande fumisterie.

L’homme est coutumier du fait. Déjà en 2014 grande annonce d’une baisse de la taxe d’habitation de 21,33 à 21,30 % ! Une baisse largement insuffisante pour compenser la hausse des bases d’impositions. Pire, la baisse de l’abattement général pour la résidence principale de 15 à 10% a eu pour traduction une hausse importante des impôts effectivement payé, de plus de 13 millions d’euros.

La création de l’impôt métropolitain sur le foncier en avril 2018 représente 63 millions d’euros de recettes supplémentaires que ne compensera pas, loin de là, l’annonce de la baisse de la part communal sur le foncier.

Quand à la baisse de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) c’est simplement la conséquence d’un trop perçu (plus de 100 millions d’euros en 2014-2015) . Situation qui a amené la justice à condamner des villes comme Lille et Lyon a rembourser les contribuables. Baisser le taux de la TEOM n’est pas le choix de C. Estrosi, c’est une contrainte imposée, de fait, par la justice.

Dans ces conditions les annonces de C. Estrosi sont avant tout de la poudre de perlimpinpin pour tenter d’enfumer, un peu plus, les niçoises et les niçois à quelques mois des prochaines échéances. Peine perdue !

Des niçoises et des niçois qui ne sont pas dupes, non plus, sur les larmes de crocodile d’un Eric Ciotti qui, comme C. Estrosi, a toujours voté les mesures de régressions sociales...

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message