Ciotti dénonce la "dérive fiscale" de Christian Estrosi

Le jeu est trop fin pour ne pas avoir été calculé (et la ficelle un peu grosse) : organiser une réunion le lendemain du vote du Conseil Métropolitain qui a délibéré le désormais impôt sur le foncier bâti (tien ...), faire l'amalgame entre la politique fiscale du gouvernement et celle du macron-compatible président de la Métropole (et oui !) , mettre en porte-faux ce dernier vis-à-vis des électeurs de droite (ça va de soi) , le pousser vers la sortie du parti des Républicains (ce n'est que logique...), pour finalement se présenter comme le candidat officiel du "parti" aux élections municipales en 2020 (on ne va pas laisser la place au Front- n'est-ce pas ?) On dirait le remake des municipales 2008, quand Christian Estrosi était le candidat officiel du feu UMP contre le maire sortant Jacques Peyrat obligé à se présenter aux électeurs avec une liste civique. Hier comme aujourd'hui, Eric Ciotti était à la manoeuvre, seulement à l'époque il était à côté de celui, de "patron" est devenu le concurrent à abattre. Doit-on se surprendre de ses virevoltes en politique ?

Dans un salon d’un hôtel niçois, le député niçois (c’est à ce titre qu’il s’exprime) , devant un public assez nombreux , a lancé son gant de défi : "Je sers #Nice06, je défends ma ville. Aujourd’hui, Christian Estrosi va augmenter massivement les impôts en raison de sa mauvaise gestion. Comme beaucoup de Niçois, je suis inquiet de cette situation".

En salle, plusieurs élus (Auguste Verola, Henri Leroy, Anne Sattonnet , Vanessa Antourel-siegel Anne-Marie Anne Marie Dumont , Josiane Borgogno, Jean Thaon, Gérard Manfredi ,Henri Guige, Fernand Blanchi, Martine Barengo-Ferrier ,Christophe Trojani, Dr Alain Frère, Bernard Asso) composaient le parterre politique .

Mais c’est la pasionaria Christelle D’Intorni qui a eu le privilège de diffuser le credo ciottiste : "Augmenter les impôts ce n’est pas une fatalité. Avant de demander des efforts aux administrés, la Métropole doit montrer l’exemple en s’imposant une gestion saine comme l’a fait Eric Ciotti au Département"

Bien secondé par des seconds rôles alignés (le président CPME 06 Honoré Ghetti qu’on savait opposant d’ Eric Ciotti - à Saint-Martin de Vésubie - mais qui a évidemment changé d’opinion, Didier Bellotti UNPI, Armand Lombard U2P, Jean-Jacques Hermant, Chambre des Notaires) dont la profession de foi a conforté l’assistance , le "député de Nice" a scellé un pacte "Je ne trahirai jamais votre confiance", avant de dérouler son argumentaire classique avec des phrases de circonstance :

>L’argent public ne tombe pas du ciel en pluie finen : c’est le produit de vos impôts. Les responsables politiques ont une obligation de bonne gestion, comme je l’ai fait au Département Alpes-Maritimes

>La gestion publique relève du bon sens : lorsqu’il y a moins de recettes, on doit avoir moins de dépenses. Il suffit que les contribuables soient considérés, de toutes parts, comme des vaches à lait destinées à éponger les dettes des élus !

Puis est venu le moment fort de la soirée : l’entremêlement entre Emmanuel Macron et Christian Estrosi, 4,5 milliards d’augmentation d’impôts ou baisse de pouvoir d’achat pour le premier ; plus de 13 à 18% de taxe foncière et + 60% de taxe d’habitation pour les résidences secondaires pour le le maire de Nice et Président de la Métropole.

L’acte d’accusation est venu tout de suite après : "J’ai relu les promesses de campagne de Christian Estrosi. Il promettait en 2014 de ne pas augmenter les impôts " - affirmé d’un ton martial le député niçois ...à la mémoire courte (pourtant à l’époque les deux étaient amis et alliés !).

Eric Ciotti est évidemment partisan de la double signification du mot allemand "schuld" : "dette" et "faute" à la fois.

La conclusion est péremptoire : "Je veux dire la vérité aux Nicois. Personne ne m’empêchera de la dire. J’ai des valeurs et des convictions : je n’ai pas changé ! "

En d’autres termes, "suivez-moi" et vous ne serez pas déçus !

Ce n’était pas plus simple de le dire d’entrée, sans faire le contorsionniste de la pensée ?

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message