Dépôts sauvages : frapper dur contre les incivilités

Chaque année, plus de 3 millions d’euros sont dépensés pour lutter contre les dépôts sauvages. Un phénomène qui frappe toutes les villes de France.

A Nice, plus de 50 opérations « Oxygènes » sont menées chaque année sur les sites sensibles. Trois déchetteries implantées dans les quartiers Nord, Est et Ouest de la ville restent accessibles gratuitement aux particuliers permettant 16 passages annuels ou 2 tonnes de dépôts. Le service des encombrants intervient en moins de 20 minutes et gratuitement sur prise de rendez-vous téléphonique auprès du numéro Allo Mairies au 3906.

Il est indispensable que chacun des acteurs prenne sa part de responsabilité. Le volet répressif et législatif doit évoluer vers plus de sévérité contre les comportements inciviques. Actuellement, les infractions liées aux dépôts sauvages ne relèvent au sein du code pénal que du domaine de la contravention.

Christian Estrosi a saisi le Premier Ministre pour faire évoluer le cadre juridique, et c’est dans ce sens qu’une proposition de loi sera déposée par la députée Marine Brenier et la sénatrice Dominique Estrosi-Sassone. Il est indispensable aujourd’hui que la loi fournisse les moyens légaux de lutter contre ce délit.

La Brigade de Lutte contre les Atteintes au Cadre de vie (LAC) a effectué 414 interventions sur dépôts sauvages en 2018. Depuis le 1er janvier 2019, 111 dépôts sauvages ont déjà été traités par la LAC. Dans cette lutte quotidienne, cette unité spécialisée travaille est assistée par le Centre de Supervision urbain et ses 2.500 caméras.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message