Elections départementales de Les Républicains : certains résultats laissent des doutes , des recours sont envisagés

Les urnes ont été fermées, le décompte du scrutin effectué, les résultats proclamés mais cette élection départementale chez les Républicains est loin d'être classée . Si les vainqueurs se félicitent, les battus n'ont pas déposés les armes , et parlent de fraude massive , laissant planer la probabilité d'un recours. Eric Ciotti peut se féliciter pour s'être emparé du parti , même si le score obtenu, 88% de votes sur les 64% exprimés, signifie que 6/10 des inscrits ont mis son nom sur le bulletin. On est loin d'un plébiscite ! Le député niçois ne cesse de faire référence aux "valeurs" dans lesquels électeurs républicains se seraient reconnus et qu'ils ont choisi. Encore qu'il faudrait savoir de quels valeurs il parle : la fermeture des frontières aux immigrants, la baisse d'impôts, l'organisation de la sécurité publique ne sont que des simples choix politiques sur lesquels tout le monde , à quelques nuances près, peut se déclarer d'accord. Les valeurs sont autre chose.

Peut-être bien que les battus soient des "mauvais perdants" comme ils les a définis Eric Ciotti dans une intervention à une télévision. De nature, la défaite ne rend pas joyeux mais grincheux.

En premier lieu, le système choisi du vote électronique , s’il permet facilement le bourrage des urnes, laisse planer le doute de manipulations ( codes transférés, vote plurim) sinon des fraudes.

Probablement l’équipe Ciotti a mieux préparé cette consultation électorale, certainement elle a mieux organisé la coordination de ses électeurs pour le vote.

Mais certains résultats - même s’ils étaient légitimes ( et rien permet de dire qu’ils ne le sont pas) surprennent par leur ampleur et là la demande s’impose et la réponse ( "ce ne sont que des mauvais perdant") pose problème.

D’ailleurs le ver était déjà dans le fruit : les Alpes-Maritimes première fédération de France !, 10600 inscrits, dont plus de 3000 dans les dernières semaines.

On veut bien que les maralpins aient tous les virus de la politique active , mais quand on va aux meetings de propagande politique on voit bien les gens qu’ y participent et la composition sociologique de ces assemblées.

Comme diraient les napolitains, qu’ils ont quelques compétences en matière : "acca’ nisciuno è fesso" , qu’on pourrait traduire ( mal) en : in ne faut prendre les gens pour des idiots.

En tous cas , cette élection n’aura pas été inutile : elle a permis l’éclosion d’un nouveau talent de la politique niçoise, Sébastien André qui a mis ko la puissante sénatrice Dominique Estrosi-Sassone dans la 3è circonscription.

Sûrs et certains qu’il a été voté par ses choix politiques détermines pas les fameux "valeurs" ?

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message