Hommage à René Cassin dans les écoles niçoises

À l'occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, la ville de Nice rendait hier à l'Ariane, un hommage particulier à René Cassin.

L’école élémentaire René Cassin de l’Ariane était hier matin en ébullition. À l’occasion des soixante-dix ans de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la Ville de Nice, par l’intermédiaire de Jean-Marc Giaume Adjoint au Maire à l’Éducation, a décidé d’honorer l’un des pères fondateurs de cette déclaration.

L’Adjoint à l’Éducation a dévoilé une plaque bilingue français/niçois. Il a également procédé à un discours de présentation d’un livret pédagogique sur René Cassin. Des chants d’enfants accompagnés par la musique des Sapeurs-Pompiers sont venus précéder le vernissage et la visite de l’exposition permanente sur l’action et l’œuvre de ce niçois d’adoption.

René Cassin, né à Bayonne en 1887, passe une grande partie de son enfance et de son adolescence à Nice, dans le quartier Saint-Roch. Il étudie notamment au lycée Masséna.

Cet homme de lettres et de sciences, avocat au barreau de Paris, professeur en droit a eu un parcours de vie exemplaire, au rayonnement national, européen et mondial. René Cassin s’est engagé dans les deux grandes guerres et dans de nombreux organismes nationaux et internationaux en faveur des anciens combattants.

Vice-Président du Conseil d’Etat de 1945 à 1961, il est le principal rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1948. Membre du Conseil Constitutionnel de 1959 à 1971, Président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme de 1965 à 1968, René Cassin obtient le Prix Nobel de la Paix en 1968. Il décède à Paris en 1976 et entre au Panthéon en 1987.

"C’est important que les enfants se familiarisent à l’histoire de France, de Nice et à la langue Nissart. Transmettre cette déclaration d’un fantassin des droits de l’Homme, comme Monsieur Cassin aimait le dire, était l’un de nos souhait. Ces livrets pédagogiques seront distribués dans toutes les classes de CM2 de la Ville de Nice".

Des propos qui résonnent avec ceux du petit Mehdi, qui s’apprête, aux côtés de JM Giaume et de sa classe de CM2, a embarquer pour Paris. "Merci pour tout Monsieur Cassin, aujourd’hui nous sommes heureux d’avoir des lois que tout le monde respecte".

Une cérémonie d’hommage se tenait également hier dans l’après-midi au Panthéon. À cette occasion, l’écolier a lu une lettre d’hommage réalisée avec sa classe avant de déposer une gerbe de fleur sur la tombe de l’auteur.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message