Hommage : le CDI du lycée Albert-Calmette au nom de Simone Veil

Quatorze élèves de seconde, première et terminale du lycée Albert-Calmette de Nice, ont réservé une belle présentation, au fils de Simone Weil, Jean et Pierre-François Veil. Quel endroit plus approprié que dans ce lycée où cette grande dame a étudié, pour lui rendre hommage ?

Dans ce lycée aujourd’hui mixte, deux jeunes filles peignent un portrait de Simone Veil, en attendant que la salle polyvalente se remplissent. Pendant ce temps, la plaque inaugurale au Centre de Documentation et d’Information est dévoilée. A présent, le CDI portera le nom de cette Simone Veil, qui a auparavant fait ses études dans ce lycée.
Cette jeune fille juive a du se voir, au temps de la Seconde Guerre mondiale, refuser l’entrée et continuer à réviser son baccalauréat seule, à l’aide de cours donnés par ses professeurs. Le proviseur Dominique Campesato tient à rendre hommage à « Simone Jacob, ainsi qu’à toutes les jeunes filles à qui la directrice, à l’automne 1943 avait demandé de quitter le lycée ». Une de ses pensées va aux seize adolescentes « qui ne sont jamais revenues des camps ». Toutes ont d’ailleurs leur portrait affiché dans la cours. Après avoir cité quelques-unes des nombreuses actions de Simone Weil, il conclut : « Je regrette de ne pas avoir trouvée dans la langue française, le féminin du mot « défenseur ». Madame Simone Veil est une immense défenseur de la dignité humaine. »

Cet hommage s’inscrit dans le projet d’établissement aux deux axes engagés : lutter contre toutes les discriminations et promouvoir la place des femmes dans la société française. Jean et Pierre-François Veil, les deux fils sont présents, aux côtés de Christian Estrosi. Les élèves de l’Atelier Théâtre du lycée, leur ont réservé une grande surprise. Elle commence par le visionnage d’un film retraçant le parcours de leur mère. Puis, l’interprétation au violon de Le Kaddish de Maurice Ravel par une élève de première. Cette dernière accompagnera ses camarades qui lisent quelques extraits de l’oeuvre Simone Weil, Mon Héroïne de Leila Slimani. Tous interprètent leur lecture avec une voix très particulière, propre aux émotions dégagées. La cérémonie continue avec la lecture de l’extrait de l’autobiographie Une vie de Simone Veil. Pendant ce temps et sur la scène, le tableau prend forme par petit coups minutieux de pinceaux. Enfin, une élève interprète un chant lyrique de Zog Nit Keynmol, Ne dis jamais, accompagnée au piano. « J’ai eu les larmes aux yeux », peut-on entendre dans la salle. Après avoir remercié les élèves et l’initiative, les fils de Simone Veil ont reçu en cadeau, le tableau du portrait de leur mère tout juste achevé.

« Aujourd’hui, la leçon que je tire du magnifique travail que vous avez fait au sujet de Sigmund Freud et Simone Veil, c’est que de ces femmes là, nous devons nous souvenir de ce qu’elles ont étaient mais aussi de ce qu’elles ont fait. », a déclaré le maire de Nice.

Les élèves de seconde, première et terminale sont applaudis pour leur présentation. Crédit photo : Océane Da Silva

Jean et Pierre-François Veil (en costard bleu foncé et noir), fils de Simone Veil reçoivent son portrait tout juste achevé. Crédit photo : Océane Da Silva

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message