Immobilier sur la Côte d’Azur : "Un volume d’activité satisfaisant" selon la FNAIM

La FNAIM Côte d'Azur présentait hier un bilan du marché immobilier en 2018. Impacts de la loi ELAN, dispositif fiscal Denormandie ou encore perspective futur ont été passés au peigne fin.

En 2018, le prix de l’immobilier en France a globalement augmenté. Seulement, sur la Côte d’Azur, la FNAIM constate une stabilisation des prix. A Nice, le prix moyen au m2 est de 4239 € avec un léger recul (-1,2%) par rapport à 2017. Le volume de vente a baissé de 5% par rapport à 2017.

Prévisions pour 2019

La FNAIM Côte d’Azur ne prévoit ni ralentissement du marché, ni hausse des prix en 2019. "L’indicateur essentiel à surveiller sera celui du taux d’emprunt immobilier, qui devrait légèrement augmenter" ont déclaré à la presse, Cyril Messika et William Siksik, Présidents de la FNAIM Côte d’Azur.

Le Grand Débat National

Des perspectives qui, selon eux, pourraient évoluer dans les prochains mois, avec le grand débat national. « Il ne faudrait pas que le Gouvernement, pour calmer la grogne sociale, distille des messages stigmatisants ou contradictoires vis-à-vis du logement privé. En ce sens, les récentes évocations de la remise en cause du caractère universel l’exonération de la taxe d’habitation ou de l’augmentation des droits de succession ne sont pas de nature à rassurer les propriétaires immobiliers ou les candidats acquéreurs. »

La Loi ELAN

Concernant la loi ELAN, entrée en vigueur le 25 novembre dernier, Cyril Messika et William Siksik estiment positif "la reconnaissance et la protection du titre d’agent immobilier d’administrateur de biens et de syndic de copropriété (...) la création du bail mobilité, les modifications, jugées très limitées, sur les ventes de logements privés, ou encore les nombreuses mesures techniques instaurées concernant la copropriété".

Dispositif Denormandie

Concernant le dispositif Denormandie, "il s’agit à compté du 1er janvier 2019, d’une réduction d’impôt pour encourager les rénovations dans les logements en mauvais état, et pour lutter contre la désertification des centres-ville".

Pour les Alpes-Maritimes, il s’agit pour l’instant de Grasse et de Vallauris.

*4450 € à Antibes, 4668 € à Menton. C’est à Cannes, qu’il est le plus important avec 4976 €.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message