L’impôt foncier "métropolitain" annoncé par Christian Estrosi déclenche les critiques

L'annonce de Christian Estrosi en veste de président de la Métropole du plan d'investissement 2018-2020 assorti d'un nouvel impôt sur le bâti et la vente de la participation détenue au capital de la société qui gère les aéroports a eu l'effet d'une petite bombe ! En fait, ça faisait des années qui les oppositions étaient sur la défensive face au "dominus" métropolitain. L'occasion est trop belle pour ne pas tirer quelques dards, puis ?

Partons de Robert Injey ( PCF Nice) toujours vigilant même si exclu du Conseil Métropolitain qui se tient aux chiffres :

"Il y a quelques mois, le 7 septembre 2017, pour les 5 ans de la création de la Métropole, Christian Estrosi se félicitait des 1,8 milliard investit par la Métropole depuis 2012. Un investissement annuel en moyenne sur la période 2012-2017 de 340 millions d’euros.

Le 5 mars 2018 Christian Estrosi annonce 420 millions d’investissements sur 36 mois pour la période 2018-2020, soit 140 millions d’euros par an".

"Comment ne pas constater l’effondrement des investissements de la Métropole" est sa demande qui inclut aussi la réponse.

Sa conclusion est sévère : "La méthode Estrosi touche là une de ses limites. Celui qui pensait sans doute se faire réélire tranquillement sur son bilan se voit rattraper par son vieux démon : l’endettement…"

Les trois membres du groupe "Un autre avenir pour Nice" ( les socialistes aiment le collectif...) titrent leur communiqué " de mensonges en reniements " qui, à lui tout seul, veut tout dire ! et rappellent que " le 11 décembre 2008, Christian Estrosi, qui venait d’être élu maire se définissait comme « ennemi déclaré » de l’impôt qu’il augmentait toutefois immédiatement de 15 %.".

En faisant l’addition des successives augmentations (baisse de 5 % du taux d’abattement général plus nouvel impôt foncier), celui qui se auto-proclame « l’ennemi déclaré » de l’impôt ’les aura augmentés, à ce jour, de plus de 30 % durant ses deux mandatures".

Dominique-Boy Mottard (DvG) , elle a choisi la voie de l’ironie et choisit la publicité célèbre de la double lame Gilette : " après avoir minimisé le poids de la dette, il lui faut aujourd’hui affronter la réalité : pour financer les investissements c’est le contribuable qui va être rasé" - c’est son analyse.

Enfin, Marie-Christine Arnautu (FN) se livre avec son habituelle franchise : "
J’avais averti lors de mon intervention sur le budget 2016 de la Métropole Les Niçois doivent se préparer à une aggravation de la ponction fiscale, eux qui subissent déjà une des fiscalités locales les plus lourdes de l’hexagone. Le mur se rapproche à toute vitesse." Nous voici donc face au mur !

La conclusion n’est pas pour autant tiède : "Cette nouvelle ponction sur les habitants de l’ensemble des communes de la Métropole n’a évidemment pour objet que de satisfaire aux désirs et délires de Christian Estrosi".

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message