L’Atelier Santé de Nice, une démarche locale pour réduire les inégalités sociales

Présenté par madame Estrosi-Sassone et le professeur Guerin, en charge respectivement du social et de la santé, l'atelier santé de la municipalité est une démarche locale de santé publique qui a comme but le droit d’accès à tout ce qui pourrait contribuer à une bonne santé. Mais derrière les formules, qu'est ce qu'on trouve ? Une méthode et des actions.

L’Atelier Santé Ville est à la fois une démarche locale et un dispositif public de promotion de la santé, qui se situe à la croisée de la politique de la ville et des politiques de santé, dont l’objectif est de contribuer à la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.

La méthode est de développer des coopérations entre les professionnels socio-sanitaires niçois (institutions, associations, libéraux…), afin de mettre en place des actions de santé publique destinées au public local et plus particulièrement aux habitants des quartiers du Contrat de Ville.

Le plan d’actions vise à améliorer la cohérence et la pertinence des actions destinées aux populations les plus fragilisées, en mettant la prévention et la promotion de la santé au cœur du projet territorial avec les autres politiques publiques qui concourent à l’amélioration de la santé des populations.

Après un diagnostic local de santé réalisé en 2012 qui a permis d’établir un document socio-sanitaire des 17 quartiers de la ville , le Plan Local de Santé Publique (PLSP 2013-2016) répertoriant les actions prioritaires de santé publique menées dans les quartiers du Contrat de Ville a donc été élaboré.

Les axes thématiques du PLSP découlant des priorités pointées dans le Diagnostic Local de Santé Publique réalisé par l’ASV en 2011-2012 sont :

• Accès aux droits et aux soins
• Santé mentale – Souffrance psychique
• Conduites addictives – Conduites à risque
• Éducation à la santé : l’Équilibre alimentaire
• Éducation à la santé : Sport – Santé – Bien être
• Accompagnement de la perte d’autonomie

Le PLSP compte au total 6 axes thématiques avec 26 objectifs généraux déclinés en 63 objectifs opérationnels, pour lesquels 113 actions de santé publiques sont proposées.

Pour le plan 2017-2020, les axes de l’ASV demeurent légitimes et seront maintenus et renforcés par de nouveaux projets.

Seul l’accompagnement de la perte d’autonomie, relevant désormais du Service Qualité de Vie et Autonomie, ne constitue plus un axe de développement de l’atelier santé ville.

Quant à l’axe santé mentale souffrance psychique, il a permis la création du CLSM (conseil local de santé mentale).

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message