La municipalité niçoise et l’Etat signent le "contrat de confiance"

Fini le temps des lamentations et polémiques du quinquennat Hollande quand le Maire de Nice pestait contre les ministres socialistes à toute occasion (et quand elle n'y était pas , il fallait l'inventer), la lune de miel entre Christian Estrosi, de plus en plus macron-compatible, et le gouvernement continue. Nous voilà passé de autisme et la spoliation (81 millions de perte cumulée de dotations globale de fonctionnement en 4 ans), à la pleine collaboration : "le dispositif qui est aujourd'hui proposé aux collectivités est totalement différent". En fait, de quoi s'agit-il ? La réponse vient du Préfet Leclerc : " l'Etat propose un pacte de confiance aux 322 plus grosses collectivités (régions, départements, villes de plus de 50 mille habitants), de la durée de 3 ans (2018-2020) et axés sur trois paramètres-clés : (i) maîtrise des dépenses de fonctionnement (la loi prévoir un toit de 1,2% d'augmentation maximale par an, mais Nice avait un objectif de 1,05% qui sera ultérieurement baissé à 0,75) ; (ii) engagement de désendettement avec allocation des recettes foncières et immobilières à ce titre ; (iii) respect du ratio de capacité de désendettement à 12 ans au plus, Nice atteindra les 10,8 années en 2019 et 10,5 en 2020. A ces conditions l'Etat-dit encore le représentants de l'Etat sous l’œil intéressé du Directeur départemental des Finances Publiques- s'engage à laisser au même niveau ses dotations financières . "Cela nous permettra de programmer notre activité sans avoir une épée de Dâmocles sus notre tête. Nous allons nous désendetter et poursuivre nos investissements (85 millions d'euros par an)* " - a affirmé tout sourire Christian Estrosi.

Tout baigne dans l’huile, donc ? Certainement le climat est au beau fixe entre les services de l’Etat et la municipalité niçoise.

" Nous vivons un changement de culture en matière de relations financières entre l’Etat et les collectivités territoriales"- est la conclusion du Maire de Nice, heureux de mettre une pierre tombale sur les polémiques autour de la situation concernant l’endettement de son administration.

" Le programme présenté par la Ville est bon et solide"- a répliqué le Préfet Leclerc.

Ce contrat de partenariat sera signé après son approbation par le Conseil Municipal. Présumablement, ce sera avant fin avril.

* chiffres-clés en 2017 (en millions d’euros) : l’autofinancement de 49,3, la baisse de la dette de 35, 3,9 d’économies sur le fonctionnement des service et 3,2 sur les charges du personnel.

Depuis 2010, 32 millions d’économies grâce à la mutualisation entre les collectivités.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message