Le Département adoptera la clause Molière

Pour une fois, Eric Ciotti n'a pas fait trop de zèle et se positionne bien loin des premiers élus ( tous de droite) qui ont adopté la "clause Molière" dans les marchés publics des Alpes-Maritimes. En synthèse , il s'agit de prétendre que les entreprises embauchent des travailleurs parlant français sous le prétexte qu'ils doivent comprendre les indications et consignes de sécurité. Dans ce sens, Eric Ciotti, président du Département des Alpes-Maritimes, fera voter une délibération le 7 avril lors du prochain conseil. Il est bien évidemment qu'il s'agit d'empêcher, de manière détourné , la présence des travailleurs étrangers détachés qui impacte sur le marché du travail.

Cet escamotage aura une influence positive ou il s’agit d’une mesure propagandiste sans effet , utile à présenter à l’électorat l’image que la droite radicale mène les mêmes politiques de la droite extrême, donc pourquoi voter la seconde ?

Cette délibération crée un mur administratif entre pays alors que la libre circulation des personnes est prévu par la directive européenne de 1996 et fera probablement objet de recours à la Commission et au Tribunal, tous les deux étant des instances européennes.

Sera-t-elle la solution des problématiques de l’emploi en sauce nationaliste ? Hélas, il faut croire que non , si on regarde la réalité des chiffres.

Le Ministère du Travail reconnait en près de 300 mille le nombre des travailleurs détachés ( Pologne, Portugal et Espagne étant en tête des pays exportateurs).

En terme de pourcentage, cela signifie 1% de la force-travail totale.

Par contre, ce seraient 120000 travailleurs français qui on pris le chemin inverse. En imaginant que la règle , si acceptée et appliquée soit la même pour tous, l’impact baisse sensiblement.

Une dernière considération : sommes-nous surs que les entreprises françaises bénéficieront de cette mesure ? que le marché de travail soit en condition de donner une positive réponse à cette tendance ?

Et pour en finir, que les collectivités acceptent de voir augmenter la note de leurs marché publics ?

Parce que, il ne faut pas se le cacher, la main d’oeuvre détachée servait aussi à faire baisser les prix ...

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message