Le Front National à l’attaque de la "taxe Estrosi". Toutes les communes seront tractées pour la dénoncer !

Battre le fer tant qu'il est chaud ! C'est ce qu'ils ont fait les deux "dioscures" du Front National , Lionel Tivoli ( délégué départemental) et Philippe Vardon ( conseiller régionale et responsable du parti à Nice et sa région) après le vote au Conseil Métropolitain de jeudi qui a validé l'application du nouvel impôt sur le foncier bâti. Déjà intervenant dans l'hémicycle pour présenter ses amendements contre cet impôt , la conseillère frontiste Marie-Christine Arnautu avait essayé de débusquer les maires métropolitains . Opération échouée du fait que cette initiative s'entrelaçait avec la fronde menée par les"pro-Ciotti", eux aussi opposés à mais pour d'autres raisons.

Là, on passe des lieux institutionnels au terrain avec l’objectif de dénoncer les maires et les mettre en porte-faux devant leurs administrés.

L’opération est d’envergure : pas moins de 70000 tracts seront distribués dans les 43 communes qui ont voté pour l’adoption de cette taxe.

Seules les communes "frondistes" en seront exemptes. Un cas à part est La Trinité où son maire a voté contre la taxe mais a ensuite approuvé le budget dont cette taxe est un élément portant...un élu ’concave et convexe’ à la fois !

Pour Philippe Vardon : "le but est clairement de mettre les maires devant leurs responsabilités. Nous refusons que les maires diluent leurs responsabilités en se camouflant derrière la Métropole, et ainsi nous rappellerons chacun à son vote directement devant ses électeurs".

Pour mémoire : ce nouvel impôt, 6,4% du foncier bâti, s’appliquera à tous les propriétaires, privés et professionnels.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message