Le Ghandi de la Roya a la tête des migrants à Nice

On avait connu et apprécié le militant humanitaire qui avait au coeur la cause des migrants et qui les logeait chez lui. Un beau geste de solidarité. Mis en accusation pour infraction aux lois , il était devenu un personnage médiatique à l'occasion de son procès au Tribunal de Nice : les juges s'étaient limités à une amende avec sursis. Mais , évidemment, comme l'appétit qui vient en mangeant, le berger a pris goût à son nouveau rôle et le voilà de toutes les parties à la recherche de la lumière de l'actualité.

Le voilà à Cannes Cédric Herrou avec Michel Toesca un réalisateur vivant à Saorge qui filme cette histoire . Le but est d’en faire un long métrage qu’il s’appellera "A tous vents". Le film devrait se terminer en juin prochain lors du procès en appel à Aix.

Cédric Herrou, le réalisateur et le producteur du film ont été ces jours derniers à Cannes pour faire connaître ce projet. Le berger paressait bien à l’aise dans un contexte inhabituel, pour lui.

Puis ré-endossé les habits du défenseur de la cause humanitaire, Cédric Herrou entre le 15 et le 21 mai, il a dû de nouveau accueillir chez lui 90 nouveaux migrants.

Puis encore, ce mercredi 24 , il a pris le train à Breil-sur-Roya, en compagnie de 80 migrants, pour rejoindre le centre d’accueil des réfugiés de Nice afin qu’ils puissent déposer des demandes d’asile, conformément au droit français.

Le centre n’ayant pu accueillir qu’une vingtaine de personnes, le voilà organiser un campement de nuit pour que les autres passent la nuit à la belle étoile dans le parc d’Estienne-d’Orves.

Imaginez-vous que la droite locale puisse tolérer cette "invasion" en pleine campagne électorale ?

Les autorités ( préfecture et police) sont sollicitées pour mettre fin à c’est état de fait qui est , bien évidemment, illégale.

Délogés, ils ont été conduit ai Palis de Justice où ils ont l’intention de passer la nuit.

Mais Cédric Herrou est désormais dans la provocation et , lui et ses associés cherchent délibérément de créer le cas éclatant.

Il est vrai qu’on peux accuser l’Etat français de n’avoir aucune stratégie vis-à-vis de l’immigration, sauf pratiquer celle de l’autruche, et que se limiter à un renforcement du contrôle de frontières est comme soigner un cancer avec l’aspirine.

La preuve ? Les dizaines des migrants stationnés dans la vallée de la Roya qui attendent ...

Mais ce problème , qui a plusieurs volets et tous complexes, mérite mieux que les gestes éclatants et théâtraux d’un humanitaire converti à protagoniste de l’actualité.

Cédric Herrou dit qu’il est berger. Et bien , qu’il exerce sa profession sans assumer ses poses de Gandhi de la Roya.

D’ailleurs les imitations réussissent mal : vous l’imaginez Gandhi voyager en train durant sa marche contre l’impôt sur le sel ?

Pedibus calcantibus, monsieur Herrou !

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message