Les dix-huit offices de tourisme communaux formeront bientôt un seul et unique pôle métropolitain

Dans la continuité de l’application des lois MAPTAM* et NOTRe*, les communes azuréennes cèderont, à la fin de l’année 2018, la compétence touristique à la Métropole Nice Côte d’Azur (MNCA). Un nouveau bouleversement au sein des collectivités territoriales.

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Actuellement, dix-huit offices de tourisme communaux et six points d’information se partagent la gestion de la promotion du tourisme mais incessamment sous peu, un centre métropolitain gérera, à lui seul, la totalité de l’offre touristique. Pour autant, les futurs anciens bureaux d’information demeureront « des vitrines ouvertes ».

Vendredi après-midi, en conférence de presse, le Président de la MNCA, Christian Estrosi, ne cache pas sa réticence face à ce changement mais décide de le transformer en atout. « Cette délibération doit être prise comme une chance de renforcer notre métropole et de valoriser sa diversité d’activités, insiste-t-il. Nous mutualiserons tous nos moyens afin de mettre en valeur l’ensemble de notre territoire, depuis la Méditerranée jusqu’au plus haut sommet du Mercantour. »

Auparavant, certaines villes ne disposaient d’aucun outil de promotion du tourisme. Grâce à cette mutation, ces dernières deviendront alors forcément gagnantes. « De par la loi, nous n’avions pas le droit de les promouvoir, explique Christian Estrosi. Dorénavant, elles disposeront de ce bénéfice de solidarité et d’équité que nous avions souhaité lors de la création de la MNCA. »

En ce qui concerne le carnaval de Nice, jusqu’alors organisé par l’office du tourisme niçois depuis vingt ans, il sera désormais pris en charge par la municipalité, à l’image du Nice Jazz Festival.

Solène FALAISE

* Loi de la Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles (MAPTAM) : promulgué en 2014, ce texte vise à redéfinir l’exercice de certaines compétences des collectivités territoriales. La région s’occupe donc du développement économique, des aides aux entreprises et des transports. Le département, quant à lui, prend en charge l’action sociale, l’aménagement numérique et la solidarité territoriale. Enfin, la commune se consacre à la mobilité durable et à la qualité de l’air. À l’origine, les départements se chargeaient du tourisme, mais finalement, après des modifications dans le texte initial du projet de loi, le Sénat a décidé que les trois administrations mentionnées ci-dessus se partageraient ce domaine.

* Loi de la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) : publié en 2015, cet acte offre de nouveaux pouvoirs aux régions, tout en supprimant la clause générale des obligations départementales et régionales, établie par la loi MAPTAM. Ainsi, les régions deviennent alors les chefs de file en matière de tourisme.

Crédit photo : Solène FALAISE

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message