Les écoles niçoises auront (finalement ?) leur policier

Un des slogans préférés de Christian Estrosi n'est-t-il pas : " je fais ce que je dis ?". Et bien, mission accomplie ! Après maintes tentatives et polémiques, rappelées par lui-même avec quelques piques polémiques lors de la présentation officielle, le Maire de Nice a trouvé meilleur accueil de ses désidérata de la part du Ministre Blanquer que de son prédécesseur Najad Vallaud- Belkacem, un nom tellement honni, prononcé après profonde respiration. Cette dernière avait refusé de le suivre et n'avait pas autorisé cette application. Il faut dire que le projet original prévoyait que les policiers soient armés et ce que l'autorisation ministérielle actuelle ne le consent pas. Mais, pour Christian Estrosi, ce qui compte est l'acceptation de son idée, le reste ce ne sont que des détails. D'ailleurs, il l'a dit lui-même , faisant preuve de pragmatisme , : "J'aurais préféré un policier armé, mais je préfère un policier non armé, plutôt que ne pas avoir de policier dans les écoles". Bref, les 163 écoles de Nice seront dotées d'un policier à l'intérieur de l'enceinte . Trois*, à titre d'expérimentation à partir de lundi prochain, les autres dès la rentrée de septembre. Les établissements scolaires pourront ne pas l'accepter à leur demande. Ce sera, après une estimation conjointe Municipalité-Inspection de l'Académie, mais pourquoi ça ne devrait pas marcher ?

Le feu vert ministériel - Nice sera la première ville à appliquer cette expérimentation -
a été suivi par sept réunions de travail « Sécurité écoles » entre les équipes municipales et de l’académie qui ont posé les principes généraux.

Pour faire face à cette nouvelle organisation, 130 nouveaux policier ont été recrutés et formés pour que leur présence quotidienne sert à la prévention et, si nécessaire, à l’intervention en s’intégrant avec les autres dispositifs (humains et techniques) de sécurité. Leur présence sera aussi un soutien psychologique aux parents d’élèves qui, selon le maire de Nice, lui demandaint cette démarche.

Bon , la page est tournée, les polémiques oubliées, à un gouvernement et ministre de tutelle hostiles a succédé un autre , ouvert et sensible . La macron-compatibilité a ses avantages ...

Quant à cette initiative que dire ? Comment diviser la sécurité de sécuritaire ? la bonne méthode, du vouloir en faire trop ? la mesure technique, de la propagande ?

En tout cas, un policier de plus est mieux qu’un de moins. S’il ne fera rien de plus, il ne fera certainement rien de moins et surtout rien de mal. Et puis, l’uniforme fait toujours son effet !

Bien sûr, il y a toujours un côté "protagoniste" dans tout ce que Christian Estrosi entreprend mais puisque sa vision de la sécurité est fortement influencée par le système israélien, il en découle la recherche maximale de l’élimination de tout risque "possible".

Et puis , ne dit-il pas encore : " Je ne lâcherai rien " , pour affirmer de sa volonté quand il entreprendre quelque chose ? Dont acte .

Trois écoles ont été choisies avec l’aval des directions et des conseils d’école concernés représentant trois zones géographiques différentes dans la ville (centre ville, collinaires et REP+).

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message