Les relations entre Vinci Autoroutes et les collectivités locales enveniment

Charles Ange Ginésy, Eric Ciotti et David Lisnard se réunissaient hier après-midi au CADAM pour dénoncer le comportement jugé irrespectueux de la société Escota Vinci Autoroutes à l'égard des automobilistes, des contribuables locaux et nationaux, et demandant que l'État assume ses responsabilités d'autorité concédante.

"Escota Vinci Autoroutes doit arrêter de prendre les automobilistes pour des vaches à lait : c’est à l’État d’assumer ses responsabilités et de tenir tête au puissant lobby des sociétés autoroutières dans l’intérêt général des usagers".

Ce sont les mots d’Eric Ciotti, Député, Président de la commission des finances du Département des Alpes-Maritimes, hier, aux côtés de Charles Ange Ginésy, Président du Département des Alpes-Maritimes et de David Lisnard, Maire de Cannes

Depuis plusieurs années, le Département déclare faire le constat que les déplacements sont une difficulté majeure pour les habitants de notre territoire.

"Lors de notre assemblée du 12 octobre, j’ai proposé d’adopter une motion relative à l’A8 et à son concessionnaire la société Escota pour réitérer nos demandes concernant des aménagements structurants et nécessaires aux déplacements sur notre territoire" a déclaré Charles-Ange Ginésy.

"Adoptée à l’unanimité, cette motion rappelle l’urgence des besoins sur les dossiers impulsés par le Département de l’échangeur de Mougins, la bretelle de Cannes la Bocca et l’aménagement de l’échangeur des Tourrades. Figuraient également dans cette motion, le financement du dispositif de régulation dynamique de la vitesse ou encore, sujet majeur, la demande récurrente sur la gratuité du contournement de Nice, au même titre que tous les périphériques des grandes villes françaises."

Plus d’un mois et demi après, force est de constater qu’ESCOTA n’a pas jugé bon de réagir à cette motion et aux demandes précises qui y sont formulées par le Département .

Plus grave, concernant l’opération de la bretelle de Cannes La Bocca / Les Tourrades, David Lisnard a été destinataire en fin de semaine d’un courrier à la teneur totalement inacceptable.

Le Maire de Cannes a expliqué qu’il existe aujourd’hui un lobbying des sociétés d’autoroutes. "Il y a connivence au sommet de l’état permettant à des sociétés concessionnaires de s’exempter des contrats et des cahiers des charges". (...)

"Un amendement visant à la gratuité de passage des services de secours sur le réseau autoroutier a même été refusé ! Le lobbying est plus fort que l’intérêt commun" concède Eric Ciotti. "Cela doit cesser ! Ces sociétés doivent répondre à leurs obligations et prérogatives et arrêter de demander au contribuable de payer ce qui leur est du". Plus grave encore, David Lisnard assure que les arguments fallacieux de l’État sont copiés collés à ceux d’Escota !

C-A Ginésy, David Lisnard et Eric Ciotti demandent que :

- Escota Vinci Autoroutes réalise dans les meilleurs délais la nouvelle bretelle d’accès des Tourrades afin de délester l’échangeur 41 de l’autoroute A8 de Cannes La Bocca.

- Que la même société prenne en charge le surcoût de 6 M€ des travaux de bretelle d’accès des Tourrades résultant d’erreurs d’estimation d’Escota.

- Qu’elle engage une démarche concrète et active pour améliorer et sécuriser l’échangeur de Cannes Mougins, particulièrement accidentogène en provenance de Nice, avec une congestion de véhicules s’étendant aux heures de pointes jusque sur l’autoroute.

- Que l’État assume ses responsabilités d’autorité concédante en exigeant d’Escota qu’elle sorte de l’immobilisme préjudiciable aux automobilistes et au développement économique.

- Que le Ministère des Transports leur transmette ’intégralité des éléments relatifs à l’économie du contrat de concession.

- Que l’État impose la gratuité du tronçon d’Autoroute A8 désormais limité à 90km/h et tienne enfin tête aux puissants lobbys des sociétés autoroutières.

- La suppression du péage de Saint-Isidore.

- La réponse à la demande de financement émise le 12 octobre dernier, pour le financement d’un dispositif de régulation dynamique de la vitesse sur l’A8.

- La réalisation, en concertation avec les collectivités territoriales et Escota Vinci Autoroutes, le volume des travaux correspondant à ses obligations contractuelles.

Escota Vinci Autoroutes réalise un chiffre d’affaire péages de 750 M€ en 2017, soit une augmentation de 2,5% par rapport à l’année précédente. Parallèlement, le niveau d’investissement a baissé sur la période puisqu’Escota a réalisé 97,3M€ d’investissements en 2017, contre 114,1 M€ en 2016. Soit une baisse de 15%. L’endettement financier net du groupe ASF a diminué de 831,4 M€ entre 2016 et 2017.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message