Migrants à Nice, acte II

Visiblement satisfaits de leur coup de la semaine dernière quand ils ont emmené un premier contingent de migrants à Nice pour effectuer les démarches administratives pour la demande d'asile, un deuxième groupe a pris hier le même chemin , de Breil à Nice , pour rééditer la même opération. A leur côté , les membres de l'association Roya Citoyenne avec à leur tête David Nakache et Loïc Le Dall, en absence du désormais médiatique Cédric Herrou, le Gandhi de la Roya qui dimanche soir avait foulé le tapis rouge du Palais du Festival de Cannes lors de la soirée finale et qui désormais a pris de la hauteur par rapport à ces faits mineurs. Lui est maintenant une vedette consacrée et son ego a pris la dimension d'une montgolfière !

C’est à la Pada Forum Réfugiés , une association agrée par le Ministère de l’Intérieur qu’ils se sont rendus , mais les temps techniques pour la compilation des dossiers ne permet pas l’enregistrement de tous les demandeurs dans les temps brefs.

Les migrants sont ainsi dans l’obligation d’attendre un ou deux jours de plus, ce qui provoque la réaction des militants associatifs qui veulent que les pouvoirs publics et la Préfecture prennent " la mesure des responsabilités qui sont les leurs et desquelles ils se défaussent sur de simples citoyens et des associations".

Et à chaque fois, se pose le problème de trouver un hébergement pour la nuit pour ces malheureux.

Maintenant que les militants de Roya Citoyenne ont trouvé la faille dans le dispositif législatif, on continuera de coup de force en coup de force ?

La politique de l’autruche du gouvernement français n’est certainement pas la solution, la position des autorités locales qui condamnent mais qui ne proposent rien , non plus.

Le problème reste dans toute sa gravité et demande une action de concertation entre tous les ayant le devoir de le faire.

On ne va pas laisser un modeste personnage tel Cédric Herrou, auquel la notoriété a donné les ailes, devenir le maître de la situation !

Réaction de Robert Injey ( FI/PCF)

Comme par cynisme, face à ces drames humains la Préfecture des Alpes-Maritimes semble prendre un malin plaisir à accroître un peu plus la précarité de ces gens.

Ce nouvel épisode illustre une fois de plus les carences de l’État français dans l’accueil des réfugiés. Il ne s’agit pas de demander l’impossible mais le simple respect des conventions internationales. Il suffirait d’un véritable centre pour accueillir, informer et étudier les dossiers pour sortir de cette situation indigne. Nous sommes en 2017, dans la cinquième puissance du monde, cette situation est une honte pour la France et son histoire. Quand l’Etat va-t-il enfin prendre ses responsabilités ?!

Réaction de Philippe Vardon (FN)

Une fois leurs demandes d’asile effectuées, ceux-ci vont à nouveau se "disperser", comme les 75 précédents. Ils porteront ainsi à près de 150 le nombre de clandestins arrivés dans les rues de notre ville en moins d’une semaine.

Ces provocations ne peuvent plus continuer en toute impunité ! C’est pourquoi j’ai écrit ce jour au préfet des Alpes-Maritimes pour lui demander de renforcer les contrôles à la frontière, afin d’empêcher ces intrusions illégales sur notre territoire, et d’agir enfin face à Cédric Herrou et ses soutiens pour réaffirmer l’autorité de la République.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message