MIN, Grand Arénas, centre commerciaux : la salade niçoises de la rentrée politique

Après la pause estivale et ses nouveaux engagements familiaux et la participation au maxi rassemblement de "ses" amis , Christian Estrosi enchaîne initiatives et inaugurations . D'ailleurs, les dossiers ne manquent pas et le contexte politique est en pleine ébullition. Et tout se tient. La preuve ...

Le projet du nouveau MIN*, un des plus importants de France, à savoir son déménagement du site actuel à la Baronne et sa reconstruction avec une logistique plus moderne dans le cadre de ’Opération d’Intérêt national de la Plaine du Var, fait l’objet d’un blocage de la part du Conseil Départemental et a pris 2 ans de retard- dénonce le maire de Nice et président de la Métropole.

La ou les raison(s) ? Apparemment aucune, si l’on reste à ses explication.

Sauf si on lit entre les lignes...

En fait,le Conseil Départemental , qui pourtant fait partie de l’EPA qui a en charge l’OIN et donc approuvé ce projet, est à l’origine de deux obstacles : la construction du nouveau Centre de Recherches CREAT qui libérerait les terrains d ela Baronne et la cession du foncier de la Gaude à l’EPA.

Sans ces deux leviers, pas de possibilité de transfert du MIN, sans le transfert du MIN pas de lancement du PPP pour la réalisation du Parc des Expositions** sur le site du MIN libéré, sans la réalisation du Parc des Expositions pas de Grand Arénas*** ; sans le Grand Arénas, la nouvelle gare intermodale resterait boiteuse , l’aéroport ( passé en peu d’années de 8 à 12 millions de passagers par an) manquerait d’un éco-système pour développer son attractivité à international, etc etc

Au final, tout se tient , on avait dit.

Alors pourquoi ses entraves , apparemment sans raison ?

Le ver serait dans le fruit : une récente information relaté par la gazette locale, ferait état d’un supposé projet pour un nouveau centre commercial en complément du Parc des Exposition. Projet auquel , si réel, le futur ancien président du Conseil Départemental Eric Ciotti s’opposerai de toutes ses forces au nom du sacro saint intérêt du petit commerce.

Face à cette supposée interprétation des faits ( le conditionnel est une obligation) , Christian Estrosi s’en est défendu proclamant son étonnement et son innocence :
il n’a jamais été question d’un tel projet, les commerces prévus au MIN de la Baronne, au futur Parc d’Exposition, au Grand Arénas ne seront que ceux que nécessaires pour le service des activités professionnelles et de la population résidente.

"Ni plus ni moins de ce qui se fait d’habitude", dit le Maire de Nice qui revendique pour soi, lui "le maire de la proximité" , le rôle de défenseur du petit commerce et rejette l’accusation d’avoir multiplié l’impact des grandes surfaces.****

Et par ailleurs, ce n’est pas le Préfet qui préside ce Comité de Développement des activités commerciales ( CDAC) et qui est le garant des équilibre territoriaux ?

" Je préfère sa vérité à celle des autres" -.s’interroge et interroge Christian Estrosi , d’un air faussement innocent propre à celui qui connait déjà la réponse.

Que voilà***** : " sur le Grand Arénas, je souscris votre intention de ne pas implanter un centre commercial à l’image des grandes surfaces [...]", " [....] un schéma de l’ordre de 10000 m2 de surface de vente , me parait raisonnable et semble répondre à un juste besoin".

Innocenté de la soupçon de complicité avec les promoteurs immobiliers et les grandes enseignes, rétabli dans son rôle de défenseur du petit commerce, le "maire de proximité" se veut dans la légitimité pour demander pourquoi le Conseil Départemental bloque l’avancement des plans opérationnels de l’Opération de la Plaine du Var quand il est partie prenante du projet.

En politique avisé, il le fait préférant poser le problème plutôt que d’accuser et faire des noms : "puisque le blocage reposait sur une contre-vérité et que la vérité est rétablie, il faut absolument débloquer ce dossier pour ne pas perdre les financements associés et ne pas nuire au développement économique de notre territoire".

Qui a des oreilles pour entendre...

Un tout cas , il a en soutient le Préfet des Alpes-Maritimes***** : " s’agissanr du MIN, je vais prendre attache avec le président du conseil départemental pour lui rappeler toute l’importance que j’attache à cette opération cruciale pour le développement de la métropole ".

La lettre est en date 13 septembre. Ce matin un nouveau président de conseil départemental. sera élu. Ceci explique cela ?

Une règle de base en géométrie explique que la distance plus courte entre deux points est la ligne droite.

De toute évidence , ce n’est pas le cas en politique...surtout quand les rivalités se déclinent tout azimut.

Et l’intérêt général ( que tous proclament de vive voix) en tout ça ?

* chiffre d’affaire de 213 mio d’euros par an, + de 260 producteurs et des milliers d’emplois induits

** aire de 65000 m2 pour les grands salons professionnels qui devrait générer 754 mio d’euros pour l’économie locale et , à terme, 36 mio d’eurs de recettes fiscales

*** nouveau quartier urbain qui devrait accueillir 4000 habitants et 22OOO emplois

**** la présentation d’une étude d’un cabinet professionnel spécialisé fait état d’un indice de sous-densité commerciale de 1,35 m2 de vente par habitant contre une moyenne entre 1,5 et 2 pour les métropoles de plus de 500000 habitants

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message