Nouvelle prison : Les déclarations du Ministre de Justice déclenchent les polémiques et le débat sur l’extension de la ligne 1 du tramway

L'annonce par le Ministre de Justice de l'option du site de la Vallée du Paillon pour la construction d'une nouvelle prison - que tout le monde estime nécessaire- a déclenché la tolée générale. Si pour une fois , le Maire de Nice a joué les seconds rôles après avoir réussi a mettre la sourdine à l'hypothèse de la localisation dans le territoire de la Baronne , entre Saint-Laurent et La Gaude- deux communes administrés par des maires affidés, d'autres responsables politiques se sont exprimés en ajoutant leur voix à celle maires des 13 communes ce territoire qui sont unanimement contre cette perspective. Perspective qui de plus, à l'occasion de l'inauguration du premier tronçon de la ligne 2, réanime le débat quant l'extension de la ligne 1 du tramway jusqu'à La Trinité , exclue à ce jour par le Président de la Métropole *, qui prévoit seulement la possibilité de relier le quartier de l'Ariane au terminus de Pasteur par un bus en site propre. L'occasion, peut-être, pour un deal : le tramway contre la prison avec un financement spécial de l'Etat ? Et si c'était finalement celle-ci la raison de tant de retenue inhabituelle du Président de la Métropole ? Ci-dessous , nous donnons la voix à Xavier Garcia ( PS06 ) et de Robert Injey ( PCF). Hier soir , un collectif d'association de gauche a animé une réunion publique dans une salle du quartier de l'Ariane. Cet après-midi, à l'occasion de la Fête du Château, le PCF annoncera d'autres initiatives en soutien à l'extension de la ligne 1 vers l'est.

Xavier Garcia ( 1er secrétaire du PS) : le mépris pour la vallée du Paillon n’a décidément aucune limite

C’est un territoire asphyxié par la saturation du trafic automobile, sans la moindre perspective de développement économique, grand oublié des infrastructures départementales et métropolitaines, et aujourd’hui, on apprend que la construction d’une prison y est mise à l’étude par la Ministre de la Justice, à l’issue d’un "dialogue" avec le Président de la Métropole. Le mépris pour la Vallée du Paillon n’a décidément aucune limite.

Les habitants de La Trinité et Drap qui viennent de se voir signifier une fin de non-recevoir sur la prolongation de la ligne 1 du tram jusqu’à La Trinité ont eu la confirmation qu’ils étaient considérés comme des citoyens de seconde zone auquel on ne pense que pour les projets dont personne ne veut : essentiellement des déchetteries ces dernières années et, aujourd’hui, une prison dont les amis laurentins de Monsieur Estrosi ne veulent pas.

Comme l’essentiel de la vallée est organisé en communauté de communes et que le Maire de La Trinité, 5e commune de la Métropole, est tétanisé par la peur de se faire gronder par Christian Estrosi, ce territoire se retrouve sans défense, alors que sa population croit fortement du fait du coût du logement sur le littoral.

La construction d’une prison sur le plateau Tercier, entre Drap et La Trinité, ne pourrait être envisagée que si on prolonge le tramway et que l’on y réalise les aménagements routiers susceptibles de sortir ses habitants de l’enfer automobile qu’ils vivent chaque matin. En l’état, il suffit d’amener Mme Belloubet sur la Pénétrante du Paillon entre 7h et 9h pour lui montrer que le projet ne tient pas la route, à moins qu’elle ne voit aucun inconvénient à ce que chaque matin, des détenus mettent plus d’une heure pour se rendre au Palais de Justice.

Robert Injey (PCF) : ligne 1, ligne 2

Ce samedi, Christian Estrosi va inaugurer le premier tronçon de la ligne 2 du tramway, entre le CADAM et Magnan.

Une inauguration qui sera suivie de beaucoup d’autres (une dizaine avec les tronçons, les stations…) d’ici aux prochaines municipales.

Au delà du débat sur le coût réel de cette ligne (proche du milliard) et du surcoût lié à l’option tunnel, cette inauguration marque deux choses.

Elle ne peut faire oublier la responsabilité de la droite locale dans le retard de l’équipement de notre département en termes de transports collectifs. Il a fallu attendre plus de dix ans pour voir une seconde ligne, alors même que nous comptions déjà 20 à 30 ans de retard par rapport à d’autres grandes villes pour la ligne 1.

Le paradoxe c’est que cet équipement est financé par la Métropole, mais 20 ans après le lancement du projet de la ligne 1, le tramway n’a toujours pas débordé d’un mètre sur une des communes environnantes de Nice et ne devrait pas le faire, au mieux, avant 2030, si on en reste aux hypothèses de C. Estrosi.

Conception très particulière d’une Métropole où l’essentiel des financements vont à la ville centre…

Enfin, la ligne 1 du tramway a déjà beaucoup changé la ville, son succès allant bien au-delà des estimations de départ. Illustration de l’importance d’un véritable développement des transports collectifs, souvent méprisés, encore aujourd’hui, par la droite départementale.

L’impact de la ligne 2 va, sans nul doute, être bien plus important. Mais pour que cela puisse bénéficier au

plus grand nombre, il est impératif que ce développement puisse profiter à l’ensemble de la population. De ce point de vue la campagne que mènent les forces de gauche et associations pour que la ligne 1 soit prolongée jusqu’à l’Ariane et La Trinité, est plus que jamais d’actualité.

N’en déplaise au maire de Nice.

* le territoire de la Vallée du Paillon ne fait partie partie du périmètre de la Métropole

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message