Petite (et pacifique) révolution à la Mairie de Nice

Après la nomination avant les vacances de Lauriano Azinheirinha au poste de Directeur Général des Services en remplacement du Préfet Drévet, Christian Estrosi a annoncé hier un nouveau organigramme et remodelé la structure de la machine municipale. Le maire de Nice, entouré de sa garde rapprochée, le premier adjoint Philippe Pradal, le directeur de cabinet Anthony Borré et Lauriano Azinheirihna ( doit-on s'imaginer qu'on est passé du tandem au quartet ?), a explique ses changements et en a donné les motivations au cous d'un point-presse devant un poignée d'élus et de cadres administratif . Des nouveaux changements sont prévus après les élections sénatoriales : Dominique Estrosi-Sassone , un pilier de la politique municipale, devra quitter ses délégations pour cause de cumul des mandats. Qui aura la lourde tâche de remplacer cette administratice publique ( au caractère raide) dont les compétences sont reconnues unanimement ? Les échanges (verbaux) virulents avec l'opposant socialiste Paul Cuturello étaient un des points forts des séances publiques et donnaient du piment au lieu d'un conformisme souvent soporifique . Un pamphlet pourrait recueillir les plus "saignants"...une idée pour Paul Cuturello ?

Ces changements d’organisation et nominations interviennent à mi-mandat et préparent une campagne électorale pour les municipales en 2020 : sera-t-elle le défi (politiquement) mortel entre Christian Estrosi et son ancien bras droit Eric Ciotti comme l’affirmer les bien renseignés ? Nul le sait encore mais ...prévenir est mieux que réagir dans l’urgence.

En ce qui concerne l’application de ces décisions administratives , 4 pôles recentreront l’administration . Ces pôles correspondent aux 4 priorités qui constituent la feuille de route des prochaines trois années :

-  La proximité
-  La sécurité
-  L’aménagement et l’embellissement de notre territoire
-  L’accroissement de la sécurité juridique et financière

Le renforcement de la DGA proximité, axe fort de ce deuxième mandat, est une réponse aux assises de la proximité qui avaient vu au printemps dernier .

Elle regroupera la collecte et la propreté dans le but de renforcer encore l’efficacité et la réactivité de ces services (ce que, vu l’état actuel des lieux, ne sera pas un luxe !) ainsi que les services à la population, l’animation et la vie associative.

La création d’une (mega) DGA Sécurité rattachera la police Municipale, bien évidemment, un service en charge exclusive de la sécurisation des événements et l’ensemble des services qui travaillent sur la réglementation et sa mise en place , tels les services de contrôle de voirie, d’occupation du domaine public, du contrôle de l’hygiène, et des Etablissements recevant du public ; les espaces verts.

Et encore, la Direction de la prévention et gestion des risques, la Maison d’Aide aux victimes, dont la direction sera confié d’ici quelques semaines à un haut magistrat, les espaces verts.

Le DGA sera Thierry AUBEL, actuel DGA au sein de la Métropole, ancien militaire ; le Directeur de la sécurité, le commandant de police Richard GIANOTTI ; le Directeur de la réglementation et du contrôle des espaces publics , un autre haut magistrat ( nom est suspense en attendant l’autorisation du CNM) ; à la sécurité de l’événementiel : un ancien du GIPN-RAID, Serge POPOFF.

Concernant la poursuite des grands projets d’aménagement et embellissement , une seule DGA regroupera :le développement durable, les réseaux dont l’assainissement, les infrastructures, les subdivisions, et les Bâtiments.

Enfin, pour renforcer la sécurité juridique et financière , une DGA Affaires Juridiques, Assemblées et Contrats Publics est crée alors qu’un magistrat dirigera l’Inspection Générales des services.

La Direction des Ressources Immobilières et Patrimoniales est rattachée à la DGA Finances dans le but de dégager des économies de fonctionnement par une optimisation des implantations, des moyens généraux et surtout d’augmenter les recettes par une meilleure valorisation du patrimoine immobilier et foncier.

Par ailleurs , un nouveau DGA de la Culture, André Santelli, prendra ses fonctions au mois d’octobre

Les DGA de la Culture, de la Famille, des Sports et de l’Education, des Ressources Humaines et des Systèmes d’Information, de l’Economie ne sont pas impactés directement par cette réorganisation.

Cette petite révolution manifeste la vision de Christian Estrosi de donner à "sa" ville le statut de ville-état dans la conviction que l’avenir économique et social se jouera autour des territoires métropolitains ou régions plus que aux niveau des états nationaux. En ce sens, il a raison.

Pour cela, il faut que les villes-états soient organisées suivant les standards internationaux pour les rendre attractives et armés dans la compétition qui sera de plus en plus globale.

L’efficacité du management public en devient un atout majeur.

Avec tous se haut-fonctionnaires, haut-magistrats et militaires/policiers , les habitants de Nice seront bien servis, tout pourra fonctionner en autonomie, à la règle et ...gare aux récalcitrants !

Nice pourrait ainsi s’apparenter ( symboliquement) aux villes-état du Sacre Empire romain germanique et son maire à un prince-électeur ...ce qui n’a pas été une fiction lors de la récente campagne présidentielle au cours de laquelle il a pesé de tout son poids en faveur d’Emmanuel Macron.

Plus prosaïquement, la bataille pour les municipales de 2020 peut commencer, la citadelle ne sera pas facile a prendre.

*Grand Stade, Gare du Sud, rénovation urbaine, réalisation d’écoles, crèches, construction et rénovation d’équipements sportifs, amélioration de la voirie, lancement de la ligne Ouest-Est du Tram, mais aussi Ville intelligent et Promenade du Paillon

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message