Plus d’Europe pour le Parti Radical

Bizarre, vraiment bizarre. On vient d'élire un président de la République résolument européen contre une candidate qui avait fait de l'Europe l'ennemi numéro 1 et la cause de tous les maux, et à l'occasion de la Journée de l'Europe , les institutions locales, les partis politiques n'ont pas bougé un doigt pour rappeler que hier était la journée qui la célébrait . Oui, tous sauf un . Dans ce silence étourdissant , seul le Parti Radical a voulu s'exprimer. Que dire ..."a round of applause" pour lui.

En cette Journée de l’Europe, l’élection d’un Président de la République française europhile vient rappeler sans ambages l’attachement du peuple français à la construction européenne et raisonne dans le reste de l’Europe comme dans le monde.

Aujourd’hui, 27 états membres souhaitent poursuivre l’aventure commune. Pour les Radicaux il est essentiel d’œuvrer à des réformes allant vers un réel fédéralisme européen avec notamment :

- Davantage de convergence fiscale et sociale, concrétisée par exemple la mise en place d’une politique européenne d’indemnisation du chômage et d’un contrat d’apprentissage commun à toute l’Union, qui contribueraient à réconcilier les citoyens avec l’Union européenne.

- La nomination d’un véritable Président de la zone euro sans mandat national, qui serait un véritable Ministre des finances européen et permettrait d’aller vers davantage d’efficacité économique.

- La création d’une politique européenne en matière d’immigration, visant à élaborer une politique commune en matière d’accueil des étrangers et d’asile, via notamment la mise en place d’un office européen de l’immigration et une police européenne de l’air et des frontières.

L’Europe n’est pas la victoire d’une partie des peuples sur l’autre ; elle est une construction de chaque instant pour le bien commun, et les Radicaux continueront à y prendre toute leur part.

Hervé Cael, président du Parti Radical (UDI) des Alpes-Maritimes

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message