Policier dans les écoles, pour la Cgt-Educ’Action c’est toujours non

Au lendemain de la visite à Nice du Ministre de l'Education Nationale au cours de laquelle il a autorisé l'expérimentation pour la présence d'un policer à l'intérieur des établissement scolaire proposée par le Maire de Nice, si Christian Estrosi affiche sa satisfaction , "Afin d’appréhender le rôle, les missions et l’intérêt que pourrait susciter la présence d’un policier municipal à l’intérieur des écoles, j'ai proposé à @jmblanquer de l’expérimenter dans les semaines et mois qui viennent", il y a qui expriment leur contrariété pour cette mesure, considérée sans utilité et purement démagogique. A chacun son opinion...

Le Ministre Blanquer a donc décidé d’autoriser, à "titre expérimental et non armés" le Maire de Nice à mettre des policiers à l’intérieur des écoles... Le coût estimé de cette mesure : 4.400.000€/an, soit l’équivalent de 8 800 sorties en car pour permettre aux enfants de notre ville de participer à des activités sportives ou culturelles.

A un moment où la ville a gelé les crédits pédagogiques des écoles, où l’Etat a supprimé les Aides Administratives aux Ecoles, où la Ville ne prend plus en charge la médecine scolaire (infirmières), où les ATSEM ne sont pas remplacées en cas d’absence, où l’Etat ne donne pas les moyens à l’Ecole Publique d’assurer les missions qui lui sont confiées, cette mesure démagogique qui vise à renforcer une politique sécuritaire illusoire, n’a pas de sens.

Ce qu’il nous faut dans les écoles, ce ne sont pas des policier-es mais des secrétaires administratives, des ATSEM, des infirmier-es scolaires... Ce qu’il faut à la prévention, ce n’est pas un-e policier-e dans les écoles, mais du budget pour les services sociaux que l’ancien grand ami du maire et ancien président du Conseil Départemental, M. Ciotti, a largement contribué à réduire.

La Cgt-Educ’Action condamne cette décision et mettra tout en œuvre pour la combattre.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message