Présidentielle : les commentaires au niveau local

L'élection présidentielle est une élection à soi : on élit le Président de la République qui a besoin d'une majorité pour gouverner. C'est aussi une élection qui aura des répercussions sur la carrière des dirigeants locaux : les ambition et le positionnement des uns et des autres trouvera confort ou, au contraire, sera pénalisé par les choix et comportements. Puis, il y a les résultats qui donnent des indications importantes pour les majorités en charge dans les diverses collectivités et en prévision des législatives de juin. Comment oublier qu'en futur , un élu ne pourra que remplit qu'une seule case. Quelle est la bonne à garder ou celle à se candidater. Des choix ont déjà été faites, d' autres étaient dans l'attente de cette élection. Dans un département dominé par les Républicains alliés au centristes, l'élimination de François Fillon prive ses soutiens locaux d'un avenir national. L'affirmation de Marine Le Pen dans beaucoup de communes donne au Front National, une assise pour des futures élections. L'ampleur inattendu du vote à faveur de Mélenchon, la fracture au sein de Parti socialiste entre les pro-Macron et les fidèles de Benoît Hamon pourront favoriser ou empêcher des accords pour des listes communes aux législatives ? La dynamique positive et le pouvoir indirect issu de la probable présidence de Emmanuel Macron donneront à son mouvement les ailes pour un enracinement local ? Autant de questions auxquelles la soirée de hier a commencé à donner des réponses... dont voici les extraits des premières. En tête les deux cadors de la droite locale, qui ,comme on peut constater, font de moins en moins preuve de retenue pour afficher leurs différences de vison et positionnement.

Christian Estrosi‏ (LR)

@EmmanuelMacron a dit qu’il ne se basait ni sur idées de gauche, ni droite mais sur 1 volonté de réforme. C’est pr ça que je le soutiendrai

Nous devons ns rassembler pour réformer notre pays malgré nos désaccords. Ns devons nous unir pour battre le @FN_officiel !

J’ai fait partie de ceux qui ont averti plusieurs fois @FrancoisFillon sur le fait qu’il fallait faire campagne contre le @FN_officiel.

Eric Ciotti (LR)

L’attitude de certains désertant le combat ou sabotant la campagne de François Fillon nous aura beaucoup coûté et sans doute privé de la victoire.
Je refuserai d’entrer dans des combinaisons partisanes qui vont à l’encontre de l’esprit de la Ve République. C’est la raison pour laquelle j’appelle dès maintenant notre famille politique à se rassembler pour les élections législatives. La victoire de la droite et du centre aux élections législatives est le seul moyen d’éviter qu’Emmanuel Macron poursuive la politique désastreuse de François Hollande.

Fabien Benard ( MoDem) :

Le second tour sera difficile, mais nous avons un très fort espoir. Nous sommes très satisfaits de l’annonce immédiate à soutenir et voter Emmanuel Macron de Christian Estrosi, David Lisnard, Jean Léonetti, Rudy Salles, Philippe Pradal.

La recomposition politique que nous portons avec François Bayrou, expérimentée depuis un an et demi pour la Région PACA, est en marche, de manière inexorable.

Robert Injey ( PCF) :

Pour la première fois, depuis plus de 30 ans dans notre pays, jamais autant d’électrices et d’électeurs ne se sont retrouvés sur un vote massif pour une véritable alternative démocratique et sociale.

La dynamique doit se prolonger, se renforcer, dès les législatives pour doter la représentation nationale d’une véritable force qui, dans sa diversité, puisse porter les attentes de notre peuple face à la régression sociale qu’incarne Emmanuel Macron.

Xavier Garcia ( PS) :

Nous attendions ce 1er tour sans illusion sur les chances de Benoit Hamon de bien figurer et le couperet est tombé avec un score historiquement bas.

Ce qui arrive ce soir est aussi la fin d’un cycle qui est en gestation depuis le 21 avril 2002 et le résultat de divisions profondes et jamais résolues au sein de notre parti.

Le score d’Emmanuel Macron est une aspiration encore imprécise mais profonde à une recomposition politique et à un renouvellement des élus. Le choix qui s’impose au Parti socialiste désormais est d’entendre cette aspiration ou de disparaître.

Gaêl Nofri ( Elus Niçois Indépendants)

La droite avait une chance historique, elle a été incapable de la saisir. Chacun jugera des responsabilités des uns et des autres.

Je voterai Macron tout en espérant que demain, à l’occasion des élections législatives, une majorité de droite courageuse et rassemblée l’emporte afin
que la majorité des 5 prochaines années soit une majorité d’alternance au service d’une politique en phase avec les attentes des Français.

Charles-Ange Ginesy ( LR) :

Il ne peut pas y avoir d’autre choix que de voter contre le Front national qui représenterait un danger et un chaos économique et institutionnel.
Pour éviter qu’Emmanuel Macron conduise la même politique menée par François Hollande, un seul choix est possible : c’est d’engager d’ores et déjà, la campagne pour les élections législatives afin que le Parlement puisse influencer positivement sur le futur Président de la République en prenant en compte les idées portées par les Républicains ».

Hervé Cael , Parti Radical 06 (UDI)

Arrivé en tête, un candidat inédit dans notre histoire contemporaine fait face à une vague populiste qui n’a de cesse de grandir. Nous faisons le choix de voter pour Emmanuel Macron et le Parti Radical appelle les Français à voter pour lui le 7 mai prochain.

Nous le faisons parce qu’au-delà des différences de programmes, qui ont nourri le débat du premier tour, il défend les mêmes principes pour la République que les Radicaux.

Pierre-Paul LEONELLI, Président de la Majorité municipale -Nice

Ce soir, face à ce séisme électoral, je suis triste de voir ma famille politique et le candidat qui la représente, François Fillon, éliminés dès le 1er tour de cette élection présidentielle 2017.

Je regrette que l’on ait pas réussi à opérer un rassemblement efficace autour de notre candidat pour porter l’alternance que les Français attendaient.

C’est le combat que je mène depuis toutes ces années qui font qu’aujourd’hui, plus que jamais, j’appelle à faire barrage au Front National qui est une impasse pour la France.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message