Rythmes scolaires : Semaine de 4 jours, on revient à la case départ

C'était dans l'air et voilà l'atterrissage ! Après la campagne de Christian Estrosi qui n'avait jamais accepté la semaine de 4,5 et qui s'était porté volontaire pour une expérimentation à l'horaire contraire à la loi, la quasi-totalité des municipalités du département ont pris le même chemin. Le communiqué de l'Inspecteur de l'Académie l'acte. Jamais personne ne saura si une option est plus favorable qu'une semaine de quatre jours pour l'intérêt de l'enfant. Aucun rapport pédagogiques peut affirmer qu'un option est meilleure que l'autre. Si on se réfère aux autres pays européens, la quasi totalité pratique la semaine de cinq jours, c'est dire !. Encore une exception française. L'alliance entre les enseignants (bien contents d'échanger une matinée de repos, en plus, contre 45 minutes de travail en mois par jour), les parents et les associations qui gèrent les activités périscolaires le mercredi matin, a fait brèche. D'ailleurs la France est bien le pays où on ne va pas à l'école le samedi matin parce que cela perturbe le temps du week-end des adultes. Les vacances de février sont organisées en fonction des intérêts de l'hôtellerie, etc... Au total, les écoliers français vont en classe 162 jours par an contre une moyenne dans les pays OCD de 185. Comment croire qu'il est possible d'apprendre mieux en s'appliquant moins ? Après on s'étonne des médiocres classements à l'international.

Le Conseil Départemental de l’Education Nationale (CDEN) du 7 juillet 2017, a été
consulté sur les heures d’entrée et de sortie de chaque école des 121 communes du
département disposant d’une établissement.

104 communes ont transmis un projet justifiant une demande de dérogation pour
organiser les 24 heures d’enseignement par semaine sur quatre jours.

Les conseils d’école de chacune de ces communes se sont majoritairement
prononcés en faveur des projets d’organisation du temps scolaire à la rentrée 2017.

Après consultation du CDEN, Monsieur l’inspecteur d’académie a décidé d’autoriser
les 104 demandes dérogatoires, conformément au décret n°2017-1108 du 27 juin
2017, paru le 29 juin 2017, au bulletin officiel, sous réserve de l’accord des
collectivités responsables des transports. Cet élargissement a pour objectif de
donner de la souplesse aux acteurs locaux afin de répondre le mieux possible aux
singularités de chaque contexte dans le souci constant de l’intérêt des élèves.

Le vote du CDEN a été de 15 voix pour le passage de la semaine de 4 jours, 4
contre et 2 abstentions

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message